Publié le 33 commentaires

Tuto première utilisation cuve automatisée

Vous avez décidé de vous équiper sérieusement pour brasser votre bière à la maison. C’est décidé vous vous offrez une cuve de brassage automatisée!

(Joie)

Commande passée. Compte bancaire débité. Attente insupportable!

(Impatience) (Irritation)

Vous recevez enfin le précieux à la maison. Vous déballez prestement votre cuve rutilante.

(Agitation) (Jubilation) (Allégresse)

Oui mais… (Perle de sueur sur le front)…

Ça en fait un tas de petites pièces. Dans quel sens se montent ces foutus filtres? Vous commencez à douter de vous.

(Nervosité) (Appréhension) (Détresse) (Remord) (Humiliation) (Culpabilité)

La notice! “Non mais la notice, ne fait que 2 pages. Ce n’est pas elle qui va m’aider”. Les forums? Vous avez 546 topics à lire… “Je commence par où moi??”

Stop, relax, take it eaaaasy!

Panique pas Marcel, y’a le blog Comment brasser sa bière, tu vas sûrement y trouver ce dont tu as besoin.

Au pire, tu leur poses ta question! Tu as le formulaire de contact sur le blog. Tu peux aussi les contacter sur les réseaux sociaux ou simplement répondre par e-mail à la dernière Newsletter. Elles mettent rarement plus d’une semaine à répondre!

(Soulagement) (Quiétude) (Sérénité) (Optimisme) (Confiance en soi et en l’avenir) (Allégresse) (Euphorie)

1- Comprenez ce que vous avez entre vos mains!

Une cuve automatisée, c’est quoi ?

Brasser sur une cuve de brassage automatisée, c’est un nouveau monde :

Mais c’est la promesse d’une cuve « tout-en-un » pour réaliser votre empâtage, votre filtration, votre ébullition voire votre refroidissement.
Ça fait rêver, n’est ce pas ?

Comment ça fonctionne ?

Ces cuves automatisées contiennent un panier à malt en inox, dans lequel vous réalisez votre empâtage. Les céréales concassées sont contenues entre les 2 tamis du panier à malt et une recirculation du moût est assurée par une pompe.

A la fin de votre empâtage, il n’y a plus qu’à soulever le panier pour faire la filtration puis rincer les drêches. Et votre moût est directement prêt pour l’étape d’ébullition.

Voilà comment économiser quelques transferts de cuve!

De quelle cuve automatisée parlons-nous?

Ici, nous vous présentons nos premiers essais réalisés avec la cuve de brassage Klarstein Mundschenk en 50 litres.

Les astuces et conseils pourront s’appliquer à d’autres cuves similaires telles que : Klarstein Mundschenk 30 litres, Klarstein Brauheld, Klarstein Maischfest, Brewmonk mais aussi Ace, Arsegan EasyBrew, Brew Beacon, BrewDevil!

Nous sommes actuellement en préparation d’un dossier très complet sur l’utilisation et notamment la programmation de la cuve. Nous recueillons actuellement tous les trucs et astuces de brasseurs sur le sujet. N’hésitez pas à nous écrire un commentaire ou un e-mail pour partager votre expérience.

Je laisse un commentaire sous cet article pour aider les copines.

Consignes de sécurité d’une cuve automatisée

  • La cuve doit être placée sur une surface plane et stable dans le but d’éviter la chute de la cuve mais également pour assurer un fonctionnement optimal de la pompe de recirculation.
  • Ne pas faire fonctionner la pompe à vide sans eau. La cuve doit être remplie en eau ou en moût avant de mettre en marche la pompe.
  • Ne pas non plus faire fonctionner la pompe quand le moût est en ébullition.
  • Les poignées n’ont pas été dimensionnées pour supporter le poids de la cuve en pleine charge. Sachez donc que vous ne pourrez pas la déplacer une fois pleine. Les poignées ne doivent servir qu’au déplacement de l’appareil vide.
  • Les consignes de sécurité concernant tout appareil chauffant et/ou appareil électrique sont applicables.

2- Prenez quelques minutes pour manipuler votre cuve

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

La cuve se compose d’une unité de chauffe avec un moniteur de contrôle, d’un panier à malt qui vient s’insérer dans l’unité de chauffe.

L’empâtage de vos céréales est effectué dans le panier. Ce dernier est soulevé pour assurer la filtration et le rinçage, puis retiré (bye bye les drêches). Vous ne conserverez alors que le moût directement dans l’unité de chauffe pour assurer les étapes suivantes.

En fond de cuve, vous trouverez :

  • le capteur de température, auquel vous devrez faire attention (pas de choc).
  • ainsi que l’entrée de la recirculation (à gauche sur la photo).

Le filtre bazooka s’insère dans le filetage du robinet. Il permet de soutirer un moût plus limpide en laissant de côté les débris.

Assemblage tamis et panier à malt

Une fois le carton déballé, la première étape consiste à monter le panier à malt avec les différents tamis.

Si vous aimez nos vidéos, soutenez-nous en likant (pouce bleu), en partageant les vidéos avec vos meilleurs amis futurs brasseurs et en vous abonnant à la chaîne.

Les tamis présentés en photos dans la notice sont légèrement différents de ceux que vous avez réceptionnés. Voici notre montage :

Le tamis supérieur est celui qui comporte les 2 petits trous pour fixer les tiges servant de poignées. Le tamis inférieur doit être positionnés de sorte que les bords puissent s’insérer dans le panier à malt (vers le bas).

Une série de tubes et manchons sont à votre disposition, vissés les uns dans les autres.

Lorsque vous verserez les céréales votre tamis supérieur sera absent. Vous pourrez capuchonner le tube central (bouchon en plastique blanc) pour éviter que les céréales ne rentrent dedans.

Le montage des tamis avec les tubulures s’insère dans le cylindre pour former le panier à malt.

Mise en place du panier à malt

Pendant l’empâtage le panier à malt est maintenu en position basse grâce à son bord supérieur qui repose sur un anneau métallique (première photo).

Le panier est soulevé en fin d’empâtage avec la poignée amovible qui s’insère dans les deux petits trous prévus à cet effet dans le haut du panier à malt.

Une petite rotation en position haute, permet de venir reposer les 4 supports sur leur emplacement sur ce même anneau métallique (deuxième photo). La filtration peut débuter.

Installation de la recirculation

Le coude de recirculation est inséré dans le tuyau de recirculation. Verrouillez l’installation en abaissant les deux poignées. Rien de plus facile!

Le couvercle présente un orifice permettant le passage du coude de recirculation. Une vanne (de couleur bleue sur le modèle Klarstein) permet de régler le débit de la recirculation.

Présentation du moniteur de contrôle

La cuve automatisée de marque Klarstein s’allume avec l’interrupteur PCB (à côté de l’interrupteur PUMP). Ce dernier permet de lancer la recirculation.

Le moniteur de contrôle présente différents boutons :

  • Appuyez sur le bouton MANUAL/PAUSE pour commencer votre programme manuel. Appuyez sur le bouton AUTO/PAUSE pour programmer en mode auto.
  • Le bouton TEMP permet le réglage de la température. Si toutefois la température était réglée selon la mauvaise unité (Farenheit/Celsius), un appui prolongé (5 secondes) sur le bouton règle ce paramètre.
  • Le bouton POWER permet le réglage de la puissance de chauffe,
  • Le bouton TIMER permet le réglage du timer. Le décompte du timer ne commence que lorsque la température programmée est atteinte.
  • Les boutons + et – servent à augmenter ou diminuer la valeur du paramètre que vous êtes en train de régler,
  • Le bouton START/STOP permet de lancer le programme.
  • Le bouton AUTO/PAUSE permet de mettre le programme en pause en cours d’empâtage si besoin. L’écran se remet alors sur la programmation, vous pourrez modifier les paramètres. Pour continuer le programme, appuyez de nouveau sur le bouton.

Nous vous proposerons très bientôt une vidéo pour la programmation automatique d’une cuve automatisée.

3- Avant d’empâter, préparez votre cuve

Avant la première utilisation (et c’est également conseillé avant chaque utilisation suivante), la cuve automatisée doit être consciencieusement nettoyée.

Besoin d’un rappel sur la différence entre un nettoyage et une désinfection?

Pour la première utilisation, il est également conseillé de procéder à désinfection minutieuse.

Pour cela :

  • Installez le panier à malt dans la cuve.
  • Préparez 20 litres de solution désinfectante. Pour le chemipro oxi par exemple, 4 grammes de produit par litres d’eau sont suffisants.
  • Faites chauffer cette solution à 60°C.
  • Faire circuler la solution à chaud pendant 30 minutes.
  • Rincez l’ensemble du système à l’eau avant utilisation.

4- Votre premier empâtage en cuve automatisée

Si avant cela tu as besoin d’un coup de main pour ton concassage, c’est par ici. Pour en savoir plus sur l’empâtage en général.

Nous vous présentons en vidéo comment réaliser sereinement votre premier empâtage dans votre nouvelle cuve automatisée!

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Si vous aimez nos vidéos, soutenez-nous en likant (pouce bleu), en partageant les vidéos avec vos meilleurs amis futurs brasseurs et en vous abonnant à la chaîne.

Une série d’astuces pour réussir votre premier empâtage en cuve automatisée :

  • Pour augmenter votre rendement, utilisez un panier à malt sans le tamis supérieur. Ceci vous permet d’avoir accès aux céréales pour brasser au fourquet. Placez le capuchon en plastique au dessus du tamis inférieur.
  • Pour faire monter la température de l’eau avant de placer les céréales, mettez à pleine puissance (3000W) puis réduisez pendant l’empâtage (400W).
  • Pour votre montée en température, programmez une durée de seulement 1 minute. Ceci va permettre à la cuve de vous avertir (bip) pour que vous puissiez mettre la cuve en pause pendant l’ajout de vos céréales. Le décompte du minutage pour l’empâtage ne débutera que quand vous serez prêt.
  • Plus la cuve est haute plus la différence de température en fond et en haut de cuve est importante. Nous prenons régulièrement la température en haut de cuve avec un thermomètre supplémentaire pour suivre notre process au plus près.
  • Pendant les 20 dernières minutes de votre empâtage, ne brassez plus les céréales au fourquet. Ceci a pour but de créer un bon gâteau de céréales pour assurer une bonne filtration.
  • Placez le tamis supérieur au moment du rinçage pour disperser les gouttes et évitez de casser le gâteau de filtration.
A lire aussi   J'ai raccordé un refroidisseur Grainfather sur ma cuve Klarstein et autres customisations

Pour ne pas y perdre votre latin, nous avons préparé une comparaison de 3 méthodes d’empâtage/filtration.

Petit brasseur, où es-tu?

Vous avez enfin votre cuve en main. Vous pouvez vous plonger dans les 546 topics sur les forums.

Savez-vous qu’il existe un groupe Facebook dédié aux cuves automatisées?

Comme annoncé dans l’article, nous préparons un dossier encore plus poussé pour aller plus loin dans l’utilisation d’une cuve automatisée, comparer les différents modèles, les erreurs à éviter, la résolution des problèmes. Si vous maîtrisez ce sujet ou que vous avez une pierre à porter à l’édifice, n’hésitez pas à nous contacter!

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! Votre soutien est important pour la pérennité de notre petite communauté. Merci à tous.

Partager l'article

33 réflexions au sujet de « Tuto première utilisation cuve automatisée »

  1. Bonjour à vous,
    Vous avez fait un très bon choix en prenant cette cuve de brassage car le Père Noël m’a amené exactement la même !
    Étant un aficionados du BIAB et trouvant qu’en général les fonds filtrants laissent passer trop de matière je continue à utiliser les sacs.
    Pour ce faire, j’enlève le tube central mais je bouche le trou avec un écrou et un contre-écrou. J’insère ensuite le BIAB dans la cuve à malt et je fais tenir les sangles du sac avec un grand élastique autour des la cuve.
    Pour plus de sécurité je coince les sangles avec les supports de rinçage.
    L’empâtage se passe normalement et au moment de la filtration je soulève doucement la cuve que je viens mettre sur les supports. Je fais alors retomber les bords du BIAB sur le gâteau de drêche puis j’insère la grille supérieure à laquelle j’ai bouché le trou central à l’aide d’un tube et de l’écrou en plastique blanc. Je procède alors à la recirculation en soutirant du moût par le robinet et à l’aide de ma pelle à moût.
    Ensuite je rince à l’eau claire chaude pour obtenir mon volume de pré-ébullition.
    J’obtiens ainsi un moût plus clair il me semble.
    J’aurais par contre une petite question par rapport au calcul du volume d’eau d’empâtage et de rinçage avec cette cuve.

    Cordialement
    Fabrice

    1. Bonjour Fabrice,
      Waw, merci pour ce partage d’expérience!
      Pour le coup de main par rapport à ton calcul de volume d’empâtage et de rinçage. Peux-tu nous préciser tes questions via un petit mail?
      mail : aurelie.trichet@comment-brasser-sa-biere.fr
      Merci d’avance,

  2. Salut,
    J’ai une karlstein 30 litres 1500/3000W et mon moût accroche régulièrement au fond de la cuve. Du coup, elle se met assez souvent en sécurité. Avez vous une solution pour éviter que ça accroche ou pour désactiver la sécu ? J’ai déjà poser la question au SAV qui n’a même pas daigné répondre…

    1. Hello Xavier,
      Si tu es ok on te contacte en message privé pour en apprendre un peu plus sur ta problématique.
      Ton moût accroche-t’il pendant l’empâtage ou l’ébullition? As-tu la possibilité d’utiliser la recirculation? Quelle puissance utilises-tu? Est-ce que tu brasses avec un sac? Quelle est la taille de la mouture de ton concassage? Bref, plein de questions pour essayer d’élucider tout ça!

      1. Bonjour,
        Qu’avez-vous conclu du problème de xavier svp?
        J’ai le même soucis et en fait j’ai l’impression que le tamis infèrieur retient tout le malt et l’eau et du coup le fond de ma cuve crame car elle est a sec…
        Cdlt
        joris

        1. Bonjour Joris,
          Il faut faire attention au débit de la recirculation pendant l’empâtage. Si le débit est trop rapide, tu as effectivement des risques de faire cramer ton fond de cuve car plus assez de moût sous le panier à malt. Il faut vraiment mettre un débit très lent pour être sûr que le moût ai le temps de traverser les drêches, surtout si tu ne brasses pas pendant ton empatage.
          Le deuxième point important c’est le concassage! Attention au concassage trop fin car les farines crament rapidement dans le fond.

  3. Super article ! Pensez-vous que la cuve Karlstein Maischfest (sans recirculation) est un bon produit pour un budget un peu plus restreint que la Mundschenk ?

    Elle me semble être une bonne cuve mais je vois sur internet (notamment le site officiel et amazon avec de plutôt mauvais commentaires à son sujet.

    Merci par avance pour la réponse ! 🙂

    1. Hello Joris,
      En toute franchise, je n’ai jamais utilisé cette cuve Maischfest et je ne connais personne qui l’a utilisée.
      Par contre, oui Klarstein est une marque avec du matériel vraiment abordable mais pour le prix, tu n’as pas la perfection. Il faut s’attendre à certaines fonctions moins optimisées. Par exemple, je vois que cette cuve ne se règle que sur 1500W ou 3000W. Cela peut être encore une puissance trop élevée lors de l’empâtage (moi, je règle ma puissance de chauffe sur 500W) donc attention au risque de “cramage”. Tu as intérêt à manier le fourquet durant tout ton empâtage !
      J’avais aussi lu des critiques sur le panier à malt. Je crois qu’il repose sur des pieds et que certains utilisateurs reprochaient à ces pieds de se casser.
      Voilà tout ce que je peux te dire sur cette cuve,
      A toi de choisir !

  4. […] vous avez, comme nous, une cuve automatisée, vous aurez constaté que votre empâtage se déroule dans un panier à malt. Ce panier ne remplit […]

  5. Hello,
    Une petite suite est-elle prévue pour la vidéo post-rinçage ? Merci à vous 🙂 .
    Olivier

    1. Hello Olivier,
      oui c’est prévu, elle se fait juste un peu attendre, sinon c’est pas drôle 😉

  6. Bonjour,
    J ai exactement la même cuve cependant elle se met en sécurité tout le temps, lors de la montée en temperature, des l empatage, avant même l’ajout du malt et quelque soit la puissance la choisie. Elle se coupe toutes les 2 minutes, pendant 1 minute et se rallume…
    Avez vous eu ce problème ?
    Comment le résoudre ? Est ce un défaut de la machine..?
    Merci

    1. Bonjour,
      Nous n’avons pas eu ce problème, non.. Il vaut peut être mieux en informer le fabricant?
      Nous avons testé et approuvé le service après-vente de Klarstein en tous cas 😉

  7. Hello, je trouve que le plus compliqué c’est de savoir à quelle température faire chauffer AVANT de mettre le malt pour avoir la bonne température du premier palier.

    1. C’est bien vrai.. Et tout ça dépend de ton matériel.
      Fais des tests et tu vas vite le prendre en main.

  8. Bonjour,

    Je vais acheter cette cuve en 30L prochainement et je souhaiterais juste savoir s’il faut faire tourner la cuve neuve 1 fois avec juste de l’eau pour faire tourner le produit neuf ou cela n’est pas nécessaire ? On peut directement la sortir du carton, la désinfecter et brasser directement ?

    Merci à vous

    1. Bonjour Thibault,
      Comme on le dit dans l’article, tu peux commencer par la solution de désinfection et puis brasser directement après!
      Ceci dit, moi je te conseille quand même de tester la cuve pour la prendre en main, avant d’y ajouter les céréales.
      Comprendre l’inertie de la cuve, les puissances adéquats pour les montées en température etc…
      A moins bien sur que tu connaisses déjà le matériel 😉

  9. Salut,
    Une petite question sur la recirculation, vous allumez la pompe sur les paliers uniquement ou également pendant les montées en température ? Et pendant l’ébullition il y a un intérêt ?
    Merci,
    Alex

    1. Bonjour Alexis,
      Tu peux allumer ta recirculation pour l’intégralité de ton empâtage y compris les montées en température, le mash-out etc…
      Par contre ce n’est pas nécessaire pour l’ébullition, les remous générés font déjà du bon boulot.
      Et la recirculation à température d’ébullition pourrait même être dommageable pour ta pompe…

  10. Bonjour,
    Merci pour votre travail j’avais déjà fait un tour sur votre site l’année dernière au démarrage du brassage.
    Aujourd’hui je suis sur une pratique avec BIAB (mais peux pratique pour le rinçage et pas terrible pour le dos) Ducoup je me tâte sur la cuve 50L KLARSTEIN et aussi pour pouvoir augmenter mes quantités de brassage afin d’avoir une bonne bière sous le coude même en manque de temps pour brasser :p.
    Pouvez vous me donner quelques infos qui me préoccupe:
    – La cuve permet t’elle de continuer de faire des brassins de 20-25L pour les test de nouvelles recettes et mises à point?
    – Qu’elle capacité maximum peux t’on brasser avec la cuve?
    – Le système de recirculation d’eau est-il un bon atout notamment pour la maitrise de la température générale à l’empatage?
    Il y a t’il un volume entre la grille et le fond de la cuve pour évité que la maiche brule?
    – Qu’utilisez vous comme fermenteur pour stocker des volumes de + de 40L?

    Vous souhaitant une bonne journée.
    Alexandre un brasseur Amateur!

    1. Bonjour Alexandre,
      La cuve de 50l permet sans problème de brasser des recettes de 20 litres (je fais encore souvent des brassins de 20 litres 😉 )
      Par contre, en dessous de 20 litres ça devient compliqué. Ceci dû au fait qu’il y a un volume entre le panier à malt et le fond de cuve, comme tu le demandes justement. On appelle ça le faux-fond. Sur la Klarstein 50 litres, j’ai mesuré 8 litres de faux-fond qu’il faut rajouter à ton calcul de volume d’eau d’empatage et déduire donc de ton volume d’eau de rinçage.
      Pour la capacité maximum, j’ai déjà brassé 9 kg de céréales mais je crois que d’autres vont même jusqu’à 10 kg. Pas évident à soulever tout ça, mais le panier tient!
      Le système de recirculation est clairement un +, surtout quand tu brasses des gros volumes où tu peux facilement avoir une différence de température importante entre le fond et le haut de la cuve. Ce delta existe toujours mais il est nettement moins important avec la recirculation du mout du bas vers le haut. J’avoue que je continue quand même à brasser ma maische pendant l’empatage, pour augmenter encore mon efficacité d’extraction.
      Très bonne question au sujet des fermenteurs! Et oui, il existe peu de fermenteurs de 40 litres et pour ma part, j’ai choisi de diviser mon brassin dans 2 seaux de 20 litres. Ça me permet de faire des tests avec différentes levures, ou différentes températures de fermentation ou avec/sans dry hop 😉

  11. Bonjour, tout d’abord votre site, c’est de la bombe. Super bien fait.
    j’ai une cuve de brassage automatisée Klarstein 30l. La question que je me pose est pour la phase de rinçage. Faut il juste verser de l’eau chaude (si oui quelle quantité et quelle température) sur les drêches après avoir mis le plateau supérieur filtrant?
    Merci d’avance

    1. Salut Benoit,
      Merci pour ton retour et nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année!
      Pour la phase de rinçage, il s’agit verser de l’eau chauffée à 78°C sur les drêches. Cela te permet de récupérer un maximum de sucres et d’atteindre le volume d’eau souhaité pour la pré-ébullition.
      Il ne faut pas que l’eau casse le gâteau de drêches, c’est pour cela qu’il est préférable de rajouter effectivement le tamis supérieur au moment du rinçage.
      Pour calculer ton volume de rinçage, on t’explique tout dans cet article: comment calculer le volume d’empâtage et de rinçage

  12. […] la Klarstein Mundschenk 50 litres. Nous vous avions fait sa présentation dans notre article “Tuto première utilisation cuve automatisée” il y a quelques mois. Nous voulions aujourd’hui parler des 2 customisations que nous lui […]

  13. Je suis surpris des puissances des 3 modeles des cuves Klarstein Mundschenk.
    Pour le modele de 30 l ils proposent 2500 W. Pour le modele de 50 litres, 3000 W et pour le modele de 65 litres 3000 W egalement.
    Est-il possible d,obtenir une ebullition franche de 65 litres avec 3000 W?
    Je vois un probleme de dimensionement de puissance du modele plus grand. Ceci est uniquement explicable parce qu,une puissance superieure a 3000 W exige des fusibles adaptes qui ne sont pas habituels dans nos maisons pour une utilisation amateur.

    1. Ah oui, bonne question. Est ce que la puissance de 3000W est assez élevée pour porter 65 litres à ébullition franche?
      Si vous avez le modèle 65 litres, on veut bien vos retours 😉

  14. Bonjour , j’utilise les 2 cuves 50 et 65 litres. En complément je chauffe l’eau de rincage avec un confiturier Klarstein de 50 litres donc quand la cuve et le chauffe eau tournent ensemble on sollicite effectivement beaucoup de puissance. Personnellement j’ai tiré une ligne de mon compteur ( en dessous de votre compteur vous avez 2 bornes spéciales pour les puissances importantes) jusqu’à l’endroit ou je brasse. Cela évite les disjonctions et permet de travailler en sécurité. Sinon il faut simplement travailler sur 2 prises de 2 lignes différentes ( en fonction de la puissance de votre compteur quand même – demandez à EDF si vous n’êtes pas certain).

  15. Bonjour à tous,
    Voilà 1 an (16 brassins) que j’utilise la munschenk 30l et je suis très content!
    Qq astuces:
    Pour 5 kg de malt, j’utilise environ 20 l d’eau pour l’empatage et 12 l d’eau chaude pour le rinçage(celle qui sort de mon robinet, je ne la fais pas chauffer plus car les rendements sont tellement bons que c’est inutile).
    Je n’utilise pas le bazooka car ça bouche. Par contre j’utilise le tamis pour filtrer ma bière: avant de transvaser mon moût dans mon sceau de sucrage, je descends tout doucement le tamis à la verticale dans mon sceau de fermentation et je le place en biais sous l’entree de la vanne d’evacuation. Ainsi les résidus (levures mortes et restes de céréales) sont bloqués (super résultat en terme de filtration). Pour optimiser encore, je place une cale sous le sceau pour attirer les résidus à l’opposé de l’entree de la vanne d’evacuation .
    Bon brassage à tous!
    James

  16. Bonjour,
    je m’apprête à acheter la cuve de brassage Mundschenk 30l, avec une puissance de 2500W. Par contre je n’arrive pas à trouver si la puissance se règle comme vous le montrez dans votre vidéo sur la cuve de 50l (réglage possible de 100 à 3000W).
    Merci de vos réponses
    Jana

  17. Bonjour,

    J’ai une cuve automatisée équivalente (brewmonk 45L) et j’ai souvent des mises en sécurité car le fond de ma cuve brûle à cause d’un excès de farine. Quel reglage de finesse de mouture utilisez vous pour optimiser l’empatage sans créer cet excès de farine.

    1. Bonjour Cyril,
      J’ai un moulin à 2 rouleaux et je met généralement le réglage sur 0.050. Après, le réglage est plus délicat si tu utilises un moulin type corona.
      Pour éviter de cramer ton fond, le concassage est effectivement un paramètre important mais pense aussi à utiliser une puissance de chauffe relativement faible pendant ton empâtage, à ne pas mettre le débit de recirculation à fond pour de pas mettre à sec ton fond de cuve.
      Et pourquoi pas essayer de faire ton empâtage dans un sac de brassage dans ton panier à malt: testé et approuvé !
      Et n’hésite pas à consulter notre article sur le concassage: https://comment-brasser-sa-biere.fr/concassage-biere/

  18. Bonjour à tous ,

    Moi j’ai la cuve maischfest. Jusque là peu de problèmes. J’ai effectué 6/7 brassins et la bière est plutôt très bonne.

    Après mon dernier brassin, j’ai tenté d’en faire un autre, et là impossible d’avoir l’écran LCD allumé. J’ai tenté de reset (peut être pas de la bonne méthode) mais rien n’y fait ! L’alimentation fonctionne pourtant.

    Avez vous déjà rencontré ce problème ?

    1. Bonjour,
      Jamais eu ce problème de mon coté. Peut-être que tu avais un peu trop mouillé les circuits au nettoyage de ta cuve?

Laisser un commentaire
You have to agree to the comment policy.