Faire pousser des champignons sur drêches

Essai culture champignon sur drêches

Voici notre premier essai de culture de champignons sur drêches. Pour être exacte, ce n’est pas notre tout premier essai de culture de champignon. Nous avons déjà une souche de peuplier ensemencée qui nous donnera peut être quelques pleurotes en septembre. Mais ceci n’a rien à voir avec les drêches…

Nous expérimentons encore et encore suite à nos recherches sur le net pour rédiger l’article “Et vous, vous faites quoi de vos drêches?“. Je vous conseille de commencer par aller le lire si ce n’est pas déjà fait 😉. Toutes ces drêches à disposition, tous ces petits estomacs à nourrir à la maison! Nous avons déjà partagé quelques recettes : gressins, cookies, mais expérimentons encore!

Nous sortons un peu de notre cadre habituel, le brassage de la bière… Vous, les non-intéressés, passez vite votre chemin. Mais si vous brassez, vous vous devez de réutiliser vos drêches. Si ce n’est pas la culture de champignons, c’est quoi pour vous? Laissez-nous un commentaire 😉

La culture des champignons

Je tiens tout d’abord à faire une spéciale dédicace (elle se reconnaitra). La culture de champignons n’était pas forcément un objectif premier pour moi, surtout par manque de temps! Mais j’ai été bien épaulée et tirée vers l’avant. Et, ayant une source intarissable de substrat de culture sous le coude, je me suis fait embrigadée dans l’aventure. Merci à toi 😉

Les premières informations que nous avons cherchées et trouvées, c’était par ici. Un chouette blog au nom prometteur : champignonscomestibles.com.

étape-de-culture-de-champignons

Dans ce blog, j’ai appris comment on pouvait créer un substrat de culture à de céréales, le seigle (inspirant quand on a des drêches sous la main). Mais il existe aussi un article sur les substrats à partir d’autres céréales. Samuel, l’auteur nous apprend à utiliser la paille et notamment comment la pasteuriser. Nous avons également trouvé des informations sur le marc de café. Bref, si la culture de champipi c’est votre dada, allez y faire un tour!

A partir de tout ça et à partir des conseils de notre ami blogueur Quentin de la brasserie du Vallon que nous avons retranscrits dans notre article sur les possibilités de valorisation des drêches, nous commençons à voir se dessiner notre protocole de culture.

Création de notre substrat de culture à partir de drêches

Ingrédients

  • Des drêches
  • Du marc de café
  • De la paille

Les drêches proviennent de notre dernière recette (Blonde d’été aux notes d’agrumes). Il s’agit de drêches composées à 100% par du malt Pale Ale de la malterie du Château à 8EBC.

Nous avons choisi un café d’une mouture moyenne provenant d’une cafetière filtre (rien d’original).

Et pour la paille, c’est provenance directe de la ferme! Les citadins nous diront où ils s’en sont procurés ;).

Préparation

  • Avant d’utiliser notre paille, nous l’avons découpée en petits tronçons de 3 à 7 cm à l’aide de simples ciseaux. Heureusement qu’on n’en avait pas 3 mètres cubes à préparer… Cette étape est cruciale pour aider le mycélium à coloniser le milieu!
  • Nous mélangeons ces 3 ingrédients en proportions à peu près égales ( 3 x 1/3 ) .
  • Pendant environ 24 heures et à température ambiante, notre mélange trempe dans de l’eau.
  • A l’aide d’un linge dans une passoire, nous égouttons longuement la préparation (quasiment 1 heure)
  • Le substrat ainsi obtenu est réparti dans des grands bocaux en verre.
  • Les couvercles sont fermés. Nous utilisons du coton en guise de joint car le bocal ne doit pas être hermétiquement fermé.
  • Les bocaux sont enroulés dans de l’aluminium.
  • Nous stérilisons les bocaux de substrat à la cocotte minute.

Ensemencement des drêches

Il faut limiter les difficultés des premiers essais et valider avant tout la bonne composition de notre substrat de culture. Est ce que notre idée de mélange permet le développement de champignons?

Nous n’allons donc pas chercher à multiplier le mycélium sur gélose (on passe l’étape première). Nous allons plutôt directement envisager une inoculation des drêches. Pour cela, la ferme de Sainte Marthe prépare pour nous des chevilles ensemencées de pleurotes. Magique pas vrai? C’est bon, c’est bio et c’est beau.

Breaking new : On me glisse à l’oreille que les chevilles ensemencées seraient moins chères chez Smartmush.

  • Nous nous efforçons d’ouvrir nos bocaux de substrat en conditions stériles. Ainsi, on décide d’allumer les feux de la gazinière et de se placer bien au centre, en évitant les courants d’air et l’ouverture de bocal qui s’éternise!
  •  Et puis nous insérons délicatement les chevilles dans les bocaux avec des doigts décontaminés!
Culture champignon sur drêches

Développement du mycélium

Le projet c’est de laisser les bocaux à température ambiante (20°C) et dans le noir pour permettre le développement du mycélium. On imagine laisser ces conditions pendant 5 à 6 semaines.

Puis lorsque le mycélium sera présent dans tout le substrat, nous pensons ouvrir les bocaux et les placer à la lumière. Il faudra peut-être abaisser la température (autour de 15°C) et vaporiser régulièrement la surface avec de l’eau.

Mais tout ceci reste théorique pour l’instant. Nous allons mettre à jour l’article au fur et à mesure des avancées!

Résultat : alors ça donne quoi?

Après environ trois semaines de développement de mycélium (c’était joli au début) : 

essai bis culture champi sur drêches

Puis un drame s’est produit : une contamination!

Vous pouvez apercevoir sur la photo ci-dessus, l’apparition de la couleur verte, associée à une odeur pas vraiment agréable (contrairement à cette petite odeur de sous bois jusqu’alors…).

Et comme, il ne faut jamais s’avouer vaincu d’avance, perdu pour perdu, ça vaut le coup de tenter l’étape suivante qui est la fructification. Les bocaux contaminés (bon ça va hein, on n’en rajoute pas) sont ouverts et placés à la lumière cette fois -ci. Ils sont mis en extérieur car la température, en ce début de printemps est encore assez fraîche (entre 5 et 15°C suivant les jours). Ils sont recouverts de paille. Et puis ils vont être maintenus humides grâce au petit pulvérisateur que vous apercevez sur la droite de la photo. Je vous tiens au courant?

Après quelques semaines de bocaux ouverts à l’extérieur, force est de constater qu’aucun développement ne se produit! Bouhh!

Ce que nous retenons!

Nous avons constaté que le mycélium semble apprécier le 100% drêches (stérilisées bien sûr)! Et même si nous n’avons pas réussi la fructification, la multiplication du mycélium dans le 3 x 1/3 de drêches, marc de café et paille a été concluant!

En route vers de nouveaux essais!

Pour aller plus loin

Culture de pleurotes sur bois

Et toi, petit brasseur, des envies de champignons?

Je suis maintenant vivement intéressée par le sujet et je cherche des témoignages des personnes qui ont eu des bons résultats! Si c’est ton cas, contacte-nous, ou fais nous part de tes recettes en commentaires!

As-tu déjà testé, envisagé de tester, ou trouvé des ressources qui parlent du sujet? A ton clavier et au plaisir de te lire!

Si cet article te plait ou si tu penses qu’il peut plaire à ta communauté, n’oublie pas de partager!

A très bientôt!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

2 Comments on “Faire pousser des champignons sur drêches

  1. Bonjour et merci pour votre blog qui est très intéressant !

    Je trouve ce système très intéressant car il évite les déchets et permet une culture saine !
    Maintenant la question est : comment utiliser ces champignons dans nos bière ?

    Bon courage pour la suite !

    • Haha, oui comment les utiliser dans la bière.. On va expérimenter alors 😉
      Merci pour ton commentaire et tes encouragements!
      Sportons-nous bien avant tout 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *