Publié le Laisser un commentaire

Bière à la Citrouille

Dans cet article, nous allons parler des bières que l’on boit en automne: les “bières de saison d’automne“(Autumn seasonal beer). La plus célèbre: c’est la bière à la citrouille. Alors, on vous donne pleins de conseils pour réussir votre bière d’automne: quels ingrédients choisir, quelle citrouille choisir, quand et comment la rajouter. Et en fin d’article, retrouvez notre recette de bière à la citrouille. J’en profiterai pour vous parler d’un excellent livre de recette “Brewing Classic Style” co-écrit par Jamil Zainasheff et John J. Palmer.

On boit quoi en automne?

L’été est bel et bien fini ! Le temps des hefeweizens et des witbiers légères et rafraîchissantes est révolu mais celui des stouts chaleureuses d’hiver n’est pas encore arrivé.

Alors on boit quoi en automne ?

Des bières aux couleurs assorties aux arbres (orange, ambré, cuivré ou marron) avec des saveurs maltées et épicées. Ces bières sont souvent plus fortes en alcool (>5%) pour supporter l’air plus frais.

L’automne démarre aussi la saison des fêtes américaines comme Halloween ou Thanksgiving. Les bières d’automne s’accordent parfaitement à ces fêtes avec des saveurs spécifiques comme la courge.

Bière d’automne, un style reconnu

Il s’agit bien d’un style. En effet, ces bières ont, depuis 2015, une directive de style décrite dans le BJCP (programme de certification des juges de bière) qui a créé la catégorie 30B : la bière de saison d’automne (Autumn Seasonal beer).

Cette reconnaissance permet aux bières d’être mieux identifiées et, dans les concours plus importants, d’être jugées séparément afin que les juges ne soient pas submergés par d’énormes variétés de saveurs.

Le style de bière qui va servir de base est une bière maltée de couleur ambrée ou cuivrée, proche d’une American Amber Ale ou d’une Brown Ale. Et ce que le style exige, ce sont l’ajout d’épices.

La bière d’automne est une bière épicée (cannelle, gingembre, muscade, clou de girofle, piment).

D’autres saveurs peuvent inclure des adjuvants sucrés, tels que la mélasse, la cassonade, le sirop d’érable (marple beer), le miel ou des ingrédients similaires. Ces dextrines supplémentaires donnent des bières avec un corps modérément riche et une note finale légèrement réchauffante.

Les légumes d’automne, généralement des courges, peuvent être ajoutés.

Les arômes de houblon sont souvent absents, atténués ou légèrement épicés.

Des arômes d’alcool peuvent être trouvés dans certains exemples mais ce caractère doit être contenu.

L’arôme général d’une bière d’automne doit être
équilibréharmonieux et souvent assez complexe et appétissant.

Comment brasser une bière d’automne ?

Les malts

Les malts de base

Ils doivent représenter au moins 80% de votre assemblage de malts.

Le malt Pale Ale est un très bon choix. Le malt Pale Ale anglais « Golden Promise » peut être intéressant car il ajoute une saveur toastée avec un léger goût de noisette.

Le Munich foncé (25 EBC) peut être ajouté en petite quantité (5%) pour ajouter un caractère malté riche et grillé.

Pour refaire le point sur les malts de base, nous vous conseillons
notre vidéo Choisir son malt de base.

Les malts caramel

Ces malts apportent sans surprise une saveur caramel à votre bière, ce qui est très intéressant dans une bière d’automne qui se veut douce et gourmande… Plus la couleur de votre malt caramel sera foncée, plus les saveurs caramel seront prononcées.

Mélangez des malts caramels de couleur moyenne (vers 80 EBC) et foncée (vers 200 EBC).

Utilisez-les jusqu’à 10% de votre mélange.

Le malt mélanoïdine

Vous pouvez ajouter 5% de malt mélanoïdine (appelé aussi malt aromatique) pour apporter une couleur rouge intense à la bière et une saveur biscuitée.

Les malts touraillés

L’ajout de malt brown est possible mais en plus faible quantité (environ 2%).

Le malt brown : C’est un malt touraillé, entre 100 et 150 EBC.
Autre dénomination : Aroma, Crystal
Historiquement, le malt brown était appelé le malt porter qui était le seul malt utilisé pour faire les porter. Il est aujourd’hui assez difficile à trouver. Il ajoute des goûts de sucre, biscuit, grillé, caramel et de réglisse à la bière.

Autres céréales

Vous pouvez aussi ajouter 5% de flocons d’avoine ou de blé pour augmenter le corps et la sensation en bouche de la bière, en imitant l’onctuosité d’une tarte au potiron.

L’utilisation de balles de riz (5% de votre mélange) sera préconisée si vous ajoutez de la citrouille pendant votre empâtage.

Les houblons

Choisissez un houblon plus amérisant qu’aromatique.

Évitez tout ce qui a un goût d’agrumes ou de pin, ou qui est piquant d’une autre manière.

Cherchez un houblon noble, herbacée et épicé.

Utilisez une quantité minimale de houblons pour rester dans des IBU faibles (15 -35 grammes pour 20 litres) et ne faites qu’un ajout à 60 minutes.

Ex : Northern Brewer, East Kent Golding, Styrian Golding, Magnum.

Les épices

Ce sont les épices chaudes et sucrées qui sont les plus couramment rajoutées dans les recettes  : cannelle, gingembre, noix de muscade et clous de girofle.

Ces mélanges d’épices sont les mêmes que ceux utilisés dans le dessert américain typique d’Halloween: la Pumpkin pie (la tarte à la citrouille).

On pourra également trouver du piment de Jamaïque et de la vanille.

Les proportions varient dans toutes les recettes, bien que la cannelle soit généralement utilisée dans la plus grande proportion.

Essayez d’acheter des épices fraîches et entières (les épices pré-moulues ont souvent des arômes moins intenses).

Préparez votre mélange d’épices et broyez-les.

Les ingrédients spéciaux

La citrouille est un légume qui peut être rajouté à votre bière d’automne. Elle possède des saveurs subtiles et on peut penser qu’elle n’ajoutera pas de caractéristiques dominantes à votre bière, surtout si vous l’utilisez en petites quantités. Vous ne remarquerez peut-être qu’une sensation en bouche plus douce.

Choisissez des citrouilles aux saveurs sucrées.

Pour savoir quelle citrouille choisir, comment et quand l’ajouter dans votre recette,
rendez-vous un peu plus loin dans l’article 😉

Quelle citrouille choisir pour sa bière?

La levure

Presque toutes les souches de levure relativement neutres ou légèrement fruitées fonctionnent.

Pour les levures sèches:
Vous pouvez choisir la SafAle S-04 de Fermentis, la M15 Empire Ale de Mangrove Jack’s, la S-33 SafBrew de Fermentis ou la Nottingham de Lallemand.

Pour les levures liquides:
Vous pouvez choisir entre la Wyeast 1272 (American Ale II), la Wyeast 1318 (London III), la Wyeast 1335 (British II) et la Wyeast 1968 (London ESB).

L’empâtage

Le plus simple est souvent le mieux: un empâtage en monopalier à 68°C devrait être efficace.

Si vous choisissez de faire votre empâtage avec de la citrouille, prolongez son temps à 90 minutes pour être certain d’extraire tous les sucres de la citrouille.

Une bière à la citrouille

Rajouter un légume dans sa bière, c’est plutôt atypique! Voici quelques questions que l’on se pose souvent.

Laquelle choisir?

Quand on parle de citrouille, on parle en fait souvent de courge.

La citrouille fait partie de la famille des courges
mais il y en a bien d’autres : potiron, potimarron, butternut, patisson, courge spaghetti,
courge musquée de Provence, sucrine du Berry, courge Patidou,…

Choisissez une courge savoureuse et sucrée comme le potimarron, la courge musquée de Provence ou la sucrine du Berry (variété de courge musquée).

Les potimarrons, les courges musquées de Provence et les sucrines du Berry ont des saveurs sucrées.

Et rien ne vous empêche aussi de faire des mélanges de courges !

En quelle quantité?

Choisissez environ 20 à 50% du volume de votre malt.

Par exemple, si vous avez 5 kg de céréales prévu dans votre recette, vous pouvez ajouter 1 à 2,5 kg de courge.

En morceau, en purée, en jus?

Les recettes américaines vous proposeront souvent d’ajouter votre courge… en boîte de conserve. Ce produit est très prisé pour préparer rapidement la Pumpkin Pie d’Halloween.

Mouais… On préfère vous dire comment préparer vous-même votre courge!

Le plus souvent, elle sera coupée en morceaux, rôtie au four à 190°C jusqu’à ce qu’elle soit tendre (environ 1 heure). Laissez-la refroidir, retirez la chair de la peau puis écrasez-la en purée au mixeur.

Faire rôtir la citrouille permet d’enlever une partir de son eau et aussi de caraméliser les sucres.

Vous pouvez préparer les citrouilles 24 heures à l’avance pour que ce soit prêt lors du brassage.

… à quel moment la rajouter?

Pendant l’empâtage:
L’avantage c’est que les sucres de notre courge pourront être mieux extraits (à condition de faire un empâtage un peu plus long que d’habitude, environ 90 min).
Second avantage: elle pourra être éliminée pendant la filtration.

Pendant l’ébullition :
Là, il faudra mettre cette purée dans un sac à mailles fines comme un sac de brassage puis vous l’ajouterez 15 minutes avant la fin de l’ébullition. Ainsi dans son sac, vous pourrez la retirer facilement en fin d’ébullition.

Notre recette de bière à la citrouille

Notre recette est inspiré par celle de Jamil Zainasheff qu’il propose dans son recueil “Brewing Classic Styles“, livre écrit en collaboration avec John J. Palmer.

Pourquoi “Brewing Classic Styles” est une référence

“Les recettes dans ce livre sont le produit de douzaines de pays visités, de centaines de brassins effectués et de milliers de bières goûtés” nous prévient Jamil en introduction.

“Quand j’ai commencé à brasser, je m’étais fixé pour objectif d’être capable de brasser un bon exemple de chaque style de bière reconnu par le BJCP. Pour vérifier mes progrès, j’inscrivais mes bières dans beaucoup de compétitions. J’ai méthodiquement mis au point et testé chaque recette jusqu’à ce que ces bières gagnent des prix. En fait, chaque recette de ce livre a gagné un grand nombre de prix, certaines plus que d’autres, mais toutes sont des recettes éprouvées”.

Jamil Zainasheff

Au départ brasseur amateur, juge de bière et animateur des émissions «The Jamil Show» et «Brew Strong» sur le net.

Il a écrit également plus de 100 articles pour les magazines “Brew your Own” et “Zymurgy“, 2 excellents magazines dédiés au brassage amateur que je vous recommande vivement.

Il a co-écrit deux livres:
Brewing Classic Styles (Brewers Publications, 2007)
Yeast: The Practical Guide to Beer Fermentation (Brewers Publications, 2010).

En 2010, Jamil a créé sa brasserie “Heretic Brewing Company” en Californie.

Bref, si vous voyez son nom, vous avez la parole d’un expert!

Notre recette sur Littlebock

N’oubliez pas de vous abonner à notre profil sur Little Bock, pour recevoir toutes nos recettes.

Mon brassage pas-à-pas

  • Empâtage en monopalier à 68°C pendant 90 min.
  • Mash-out à 78°C pendant 10 min.
  • Filtration / Rinçage jusqu’à obtenir 25 litres de moût à 1.037
  • Ébullition pendant 60 min. Ajout houblon en début d’ébullition (60 min).
  • Refroidissement du moût jusqu’à 18 °C.
  • Oxygénation du moût puis ensemencement.
  • Fermentation à 21°C pendant environ 2 semaines.
  • Sucrage à 5g/litres (carbonatation entre 2 et 2.5 volumes) puis embouteillage.
  • Maturation des bouteilles à 20°C pendant 2 semaines environ.

Des exemples de bière à la citrouille

Les bières à la citrouille les plus connues sont évidemment brassées outre-Atlantique.

Mais je ne m’attarderais pas trop sur celles-ci.

En effet, nos brasseries artisanales françaises se mettent elles-aussi à brasser ces bières éphémères à la citrouille et ça vaut le coup d’essayer! Je suis sûre que vous trouverez une recette spéciale Halloween d’un de vos brasseurs du coin. N’hésitez-pas à les tester!

De notre côté, habitant en région lyonnaise, nous sommes allées dans une épicerie fine qui propose un rayon de bières locales très bien achalandé (Fraîcheur Plus à Brignais) et nous avons déniché 2 bières à la citrouille: la Citalatrouille de la brasserie Chénou et la Rousse d’Halloween de la brasserie Chap’s. Des réussites!

Petit brasseur où en es-tu ?

Déjà expert en bière à la citrouille ? Une recette perso ou des conseils à nous donner?

Maintenant, j’attends aussi vos retours pour me dire en commentaire de cet article celles que vous avez découvertes dans votre région! A vous de mettre en avant vos découvertes et vos recommandations!

Si vous tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite.

Publié le Laisser un commentaire

ESB – Extra Special Bitter

ESB? Non, on ne parlera pas ici d’Encéphalopathie Bovine Spongiforme mais plutôt d’Extra Special Bitter. Tout brasseur rêve au moins une fois dans sa vie de réussir une vraie ESB.

Pas vrai?

Bon je plaisante, commençons par le début : est-ce qu’une ESB, ça vous parle? Alors nous allons commencer par vous décrire ce style (très précis, attention on ne doit pas s’écarter du cahier des charges). Puis nous allons vous donner des pistes pour réussir une recette d’ESB vous aussi, comme le double drop par exemple 😉

Vous embarquez?

Un clone de la Fuller’s ESB Champion Ale

Une Extra Special Bitter savoureuse aux nombreuses récompenses !

Robe acajou avec une mousse blanc cassé, la Fuller’s ESB (Extra Special Bitter) est une bière forte, maltée et houblonnée. Elle est plus riche en alcool que les bitters anglaises habituelles (elle titre à 5.9%).

ESB a été lancée dans la famille Fuller’s en 1971, comme une bière d’hiver pour remplacer une bière nommé Old Burton Extra. Depuis, la bière a gagné en réputation, elle devient bière de l’année en 1978, et elle ne cesse de gagner des titres depuis. Avec trois récompenses de bière de l’année, deux Prix du champion mondial de bière, et de nombreuses autres médailles d’or à proprement parler, l’ESB est, tout simplement, une champion Ale.

Cette brasserie est classée à la 38e place dans le classement des meilleures brasseries du monde selon Ratebeer en 2018 !

Pour “apprendre” les styles de bière

Les styles de bières sont très nombreux… Pour commencer à mettre un pied dans le décryptage de ceux-ci, il faut déjà avoir de la volonté.

Pourquoi?

Car il faut avoir envie de sortir de très grandes généralités que sont les blondes, les blanches, les brunes et les ambrées… Qui sont parfois pleines de mauvais sens (l’inverse de bon sens) : oui, il existe des blanches à la couleur sombre!

Nous sommes en train de réfléchir à un petit accompagnement vers la découverte des styles. Affaire à suivre donc (des idées, nous en avons plein)!

Mais dans un premier temps, je voulais rapidement vous présenter (à nouveau) 2 outils indispensables pour connaître les styles de bières.

Le tableau périodique des styles de bière

En pleine préparation de notre prochain brassin : ce sera une ExtraSpecial Bitter (ESB) 😍 Quoi tu connais pas?

Allez je te parle d’un tout petit outil. Nous avons découvert une pépite grâce au brasseur des bières Georges, brasserie que nous avons eue l’occasion de visiter avec le Lyon Beer Tasting Club!

Le tableau de classification périodique des styles de bière,
Ca va parler aux chimistes!

Les bières sont classées par famille qui est représentée par une couleur (en général une colonne) :

  • Wheat beers
  • Lambic & Sour ales
  • Belgian ales
  • Pale ales
  • English Bitter
  • Scottish ales
  • Brown ales
  • Porters
  • Stouts
  • Pilsner
  • American lagers
  • European lagers
  • Bocks
  • Alt
  • French ales
  • German Amber ales
  • American Special
  • Smoked Beers
  • Barley wine
  • Strong ale

Dans chaque famille (colonne), il y a plusieurs styles de bières (cases) comportant un numéro de style. Chaque style y est décrit en 2 petites lignes.

Pour chaque style, tu peux retrouver une plage de couleur (SRM), d’amertume (IBU), d’alcool par volume (ABV) et de densité initiale et finale (OG et FG)!

Et le petit plus, le type de levure utilisé est également mentionné 🤩 en portant attention à la couleur du style de bière :

avec bactéries lactiques et de haute fermentation

spéciale blé et de haute fermentation

de haute fermentation

de basse fermentation

Si nous revenons à nos moutons : notre ESB!

L’ESB est le style n°45 : Extraspecial bitter. Il appartient à la famille V des English Bitter (assez logique jusque là). Elle est produite avec une levure classique de haute fermentation. Son taux d’alcool est compris entre 3.7 et 4.8%, son amertume est entre 30 et 45 IBU.

THE gift pour les beer geeks : le lien pour l’acheter sur amazon par ici.

Le BJCP

Le BJCP – Beer Judge Certification Program est une organisation américaine qui s’est donnée pour objectif d’encourager les connaissances autour de la bière, du cidre et de l’hydromel en fournissant un cadre commun pour échanger et organiser des concours. Elle certifie des juges au travers d’examens et d’épreuves.

L’organisation publie un guide des styles très complet (le dernier datant de 2015) qui cherche à décrire les différents styles de bières et permet en particulier de gérer les catégories et les critères d’évaluation lors des concours.

Et c’est à partir d’ici qu’on se rend compte qu’ESB selon les cas, ça peut vouloir dire EXTRA SPECIAL BITTER ou EXTRA STRONG BITTER…

Vous pouvez trouver une version traduite sur Brassageamateur.com

Les Bitters anglaises et plus précisément les ESB

L’ESB que nous cherchons donc à brasser entre dans la catégorie 11.C des Strong bitters.

Et nous avons en commentaire, un paragraphe (extra) spécial pour notre ESB :

En Angleterre, aujourd’hui, «ESB» (Extra Strong Bitter) est une marque déposée de la brasserie Fuller’s et personne ne considère (plus) cela comme un style générique de bière. C’est une bière unique (même si très connue) qui a un profil malté très puissant, complexe et introuvable dans d’autres exemples, conduisant souvent les juges à critiquer sévèrement les Strong Bitter anglaises traditionnelles.

Aux États-Unis, “ESB” a été largement adopté pour décrire une Ale de type britannique, maltée, amère, cuivrée, de force standard (pour les États-Unis) et est devenu un style très populaire. Cela peut laisser certains juges finalement penser que les ESB des brewpubs américains sont de bons représentants du style (ce qui est bien sûr exagéré).

Ingrédients

Le malt pale ale, ambré et/ou crystal est généralement utilisé avec éventuellement une touche de malt black pour ajuster la couleur.

L’ajout de sucres est possible, maïs ou blé.

Les houblons aromatiques anglais sont plus typiques du style même si n’importe quel houblon peut faire l’affaire. Dans le cas de houblons américains, la mesure est de rigueur.

La levure utilisée est typiquement anglaise, les versions dites “Burton” ont besoin d’une eau moyennement à fortement riche en sulfates, ce qui peut accentuer la sensation de sécheresse et ajouter des arômes et saveurs minérales ou soufrées.

Levure liquide WLP023 Burton Ale – White Labs – PurePitch™

Notre recette : Fuller’s ESB clone

Comme d’habitude, vous pouvez retrouver nos recettes sur Little Bock, n’hésitez pas à vous abonner à notre compte.

Si vous recherchez inspiration, voici 3 recettes d’ESB intéressantes :

Nous faisons aussi nos recettes en fonction de nos stocks… Nous avons donc utilisé du Pilsen, du caramunich, du carared et un malt chocolat. Attention, ce ne sont pas des malts anglais, les puristes peuvent ne pas approuver notre recette 😉 En effet, le malt référence pour les ales anglaises est le Maris Otter.

Le malt Maris Otter est le malt britannique de base pour créer les ales traditionnelles. C’est l’une des plus anciennes variétés d’orge encore utilisées pour produire du malt de haute qualité pour les brasseries du monde entier.Ce malt apportera en moyenne 4 à 6 EBC. Il produit des bières robustes qui ont du corps.

Pour apporter la couleur à leur bière, les anglais utilisent généralement du Crystalmalt ou Cara-120EBC.

Houblons 100% britanniques ? D’origine oui, après les lots que vous achetez seront peut-être produits ailleurs…

Créé en Angleterre dans les années 90, le houblon Target est un houblon mixte qui dégage des notes épicées et d’agrumes : “Idéal pour le brassage des types Bitter, Pale Ale, IPA, Brown Ale”. Nous choisissons de l’utiliser en amérisant. Notre lot est à 7,4 % d’acides alpha.

Nous avons choisi la levure 1968 London ESB Ale. C’est une levure qui tolère bien les fortes teneurs en alcool mais qui atténue très peu.

L’atténuation mesure le pourcentage de sucres fermentescibles qui a été converti. Au cours de la fermentation, la densité aura diminué d’un certain pourcentage par rapport à sa valeur initiale. Ce pourcentage correspond à l’atténuation. Un taux de 100% correspond à une souche de levure qui aura converti la totalité des sucres disponibles. Att (%) = 100 x (DI – DF) / (DI – 1).

Les facteurs qui influencent l’atténuation sont la température de fermentation, le taux d’inoculation (quantité de levures présentes à l’inoculation), la souche le levure utilisée, la vitalité et viabilité de la levure.

Cette levure est également extrêmement floculante… La floculation est la capacité de la souche de levure à sédimenter en fond de cuve. En effet, les levures ne floculent pas toutes de la même manière. Plus le taux de floculation est élevé, plus la bière sera limpide.

Elle nous a donc donné pas mal de souci!

Nos astuces de brassage

Notre suivi d’empâtage

Avez-vous déjà goûté votre moût à différents moments pendant l’empâtage?
Des prélèvements réguliers nous permettent de mesurer la densité avec notre réfractomètre. Nous pouvons ainsi faire goûter le moût et montrer comment il devient de plus en plus sucré et délicieux 🤪
Quand la densité se stabilise l’empâtage est terminé. Pour ce brassin, il nous a fallu patienter 90 minutes 🤗
Brassage avec Le Bear Trotter.

Comme nous utiliserons une levure qui atténue peu, nous décidons d’augmenter la teneur en sucres fermentescibles. Pour cela, nous réaliser un palier d’empâtage à 65-66°C pendant 90 minutes. Puis nous réalisons notre mash-out.

Notre hack pour casser le filet d’eau

Pour améliorer le rinçage des drêches, il faut que l’eau s’éparpille un maximum.

Parfois des chemins se créent. Même si avec une cuve automatisée, nous avons déjà un tamis supérieur qui cassent le filet, nous préférons utiliser un écumoire.

Le détournement du “bazooka” pour limiter le trub

Les restes de houblons et la cassure à chaud (coagulation des protéines du malt et acides aminés sous l’effet de la chaleur) forment cette matière que l’on appelle le “trub”. 🤮
Plus vous réussissez à le retirer, plus votre bière sera limpide. Cependant, cette matière ne gênera pas votre fermentation, au contraire, elle pourrait apporter des nutriments pour votre levure. C’est donc une histoire de choix! 😋.

Voici un petit hack : nous plaçons notre filtre bazooka en sortie de notre cuve plutôt qu’à l’intérieur. Ainsi s’il se colmate, nous pouvons le retirer pour le nettoyer et le remettre en place pour continuer le soutirage 🍻
Attention aux risques de contaminations ! Ca marche aussi avec un sac de brassage ou une passoire fine (désinfecté, bien sûr!)

Pour aller plus loin : rendez-vous en fin d’article pour télécharger les 20 astuces pour obtenir une bière limpide!

Astuce zéro conta pendant le refroidissement

Pour éviter les contaminations, vous pouvez protéger l’interstice de votre fermenteur avec un chiffon propre.

Comment faisons-nous avec une levure (trop) floculante?

Wyeast préconise une aération additionnelle et une agitation due à la forte floculation.

En effet, les labo Wyeast propose un double drop ou équivalent dans les 12 – 16 heures suivant le début de fermentation pour réoxygéner et remélanger les levures. Il s’agirait de changer de fermenteur au bout de 12 heures (oui, il faut ouvrir pendant la phase de kraüsen épais!!!)! Il faut donc être extrêmement vigilant aux contaminations. Un nouveau kraüsen se forme rapidement dans le second fermenteur.

Le double drop ou dropping system est typique des bières anglaises (British Brewing Method). Une des conséquences : la clarification de la bière.
Cette méthode fait produire du diacétyle aux saveurs de caramel.
Cela permet également d’aérer le moût et donc relancer la croissance de la population de levures.

Comment avons-nous réalisé l’oxygénation en cours de fermentation?

De notre côté, nous ne sommes pas (encore) assez aventureuse pour tenter le double drop (une prochaine fois peut être). Nous avons donc pris le fermenteur, retiré le barboteur et agité vigoureusement pour remettre la levure en suspension. Notre oxygénation a permis de relancer la fermentation.

Petit brasseur, où en es-tu?

Une ESB, tu en as déjà brassée toi?

Et cette fameuse levure Wyeast 1928 London ESB? Quels sont vos trucs et astuces pour les levures hyper floculantes?

Retrouvez nos recettes :

·  La Blonde d’été;

·  La Kissifrot’, notre bière à l’ortie;

·  La Rye porter;

·  La Hoppy Christmast;

·  L’épicure, une blonde au sureau;

·  La Punk IPA;

·  L’Extra Special Bitter!

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite.