Publié le Laisser un commentaire

Les livres “bière” inratables – Partie 2

Cet été, nous vous avions préparé une petite sélection de livres “bière” et il y en a tellement que j’ai décidé de refaire une nouvelle petite liste.

Et puis, pour être honnête, nous avons bien travaillé ces dernières semaines et sommes maintenant en mesure de vous proposer aussi, notre livre à nous !!

Notre livre “Mes premiers pas dans le brassage”,
petit guide pour débuter le brassage amateur.
Fierté !

Bon, nous n’allons pas non plus parler que de nous: les très bons livres sont nombreux sur le marché! Commençons avec :

Le houblonomicon

– Tout ce qu’on ne vous a jamais dit sur la bière-

Cliquez ici pour acheter le Houblonomicon sur Amazon

On connaît tous la chaîne Youtube “Une bière et Jivay”!

Et Jivay, et bien il vient de sortir un livre en septembre 2020 et c’est franchement une réussite!

L’auteur, Jivay

Jivay : Biérologue par définition et biérosophe par conviction, Jivay est un amoureux de LA bière, une passion qu’il partage avec un dynamisme et une bonne humeur communicatifs sur sa chaîne Youtube.

Il s’est fait accompagner, sur ce projet, par Alice Mazel pour les illustrations.

Notre avis

Un livre absolument savoureux. Truffé d’humour, il est néanmoins ultra instructif et traite en profondeur d’une multitude de sujets autour de notre potion préférée, comme dirait Jivay.

Vous y trouverez également des anecdotes all over the world, des descriptions de styles, des biéroportraits. Vous allez forcément apprendre quelque chose avec ce livre.

Il comporte quelques 267 pages, ce n’est pas une broutille!

Les illustrations d’Alice Mazel, que nous avons plusieurs fois eu l’occasion de voir sur la chaîne, sont absolument géniales. Elles font qu’on ne peut pas s’ennuyer, ce livre se feuillette pendant des heures. Franchement, vous aurez de quoi vous occupez pendant quelques semaines!

Le cadeau de Noël idéal?

La bière, c’est pas sorcier

– Petites leçons illustrées pour les amateurs –

Cliquez ici pour acheter La bière, c’est pas sorcier sur Amazon

L’auteur, Guirec Aubert

Guirec a longtemps bu des bières médiocres dans sa Bretagne natale et en Alsace, pendant ses études de journalisme, en soupçonnant l’existence d’une dimension cachée.

A son arrivée à Paris en 2008, il découvre les joies du brassage amateur.

Il se jette à corps perdu dans une quête de connaissance d’un sujet qui le passionne, la bière, avec ses goûts, ses styles, sa diversité.

En 2013, il crée les ateliers Bière Masterclass, pour faire découvrir au plus grand nombre la culture biérologique.

Guirec anime également des conférences et des formations.

Notre avis

C’est un autre livre ultra complet qui traite du monde de la bière. Alors juste après la présentation du Houblonomicon, il pourrait vous sembler un peu fade et (trop) sérieux. Oh que non!

Selon moi, c’est le livre qu’il vous faut pour mettre un premier pas dans la connaissance des styles de bière aux noms barbares. Guirec est un fin biérologue et il nous entraîne dans les rouages de la dégustation, des arômes et flaveurs et des accords mets et bière.

Le livre traite aussi des “cousins” de la bière, c’est intéressant de pouvoir faire le lien.

Brewing Classic Styles

– 80 winning recipes anyone can brew –

Cliquez ici pour acheter Brewing classic styles sur Amazon

Les auteurs, Jamil Zainasheff et John Palmer

Je n’ai plus besoin de vous présenter John Palmer, l’auteur de la bible du brasseur How to brew.

Par contre je peux vous parler de Jamil. Vous vous en souvenez peut-être, nous vous l’avions présenté dans notre article sur les bières d’automne avec notre recette de bière à la citrouille.

Au départ : brasseur amateur, juge de bière et animateur des émissions «The Jamil Show» et «Brew Strong» sur le net. Il a écrit également plus de 100 articles pour les magazines “Brew your Own” et “Zymurgy“, 2 excellents magazines dédiés au brassage amateur que je vous recommande vivement.

Il a également co-écrit deux livres:
Brewing Classic Styles (Brewers Publications, 2007), celui dont nous vous parlons ici,
Yeast: The Practical Guide to Beer Fermentation (Brewers Publications, 2010). Arf, il faudrait qu’on vous parle aussi de cette collection de 4 livres ultra-complets (Malt, Hop, Water et Yeast)… Allez promis, c’est pour la prochaine fois.

Notre avis

Vous l’avez compris, ce livre est en anglais !

“Les recettes dans ce livre sont le produit de douzaines de pays visités, de centaines de brassins effectués et de milliers de bières goûtés” nous prévient Jamil en introduction.

“Quand j’ai commencé à brasser, je m’étais fixé pour objectif d’être capable de brasser un bon exemple de chaque style de bière reconnu par le BJCP. Pour vérifier mes progrès, j’inscrivais mes bières dans beaucoup de compétitions. J’ai méthodiquement mis au point et testé chaque recette jusqu’à ce que ces bières gagnent des prix. En fait, chaque recette de ce livre a gagné un grand nombre de prix, certaines plus que d’autres, mais toutes sont des recettes éprouvées”.

Bref, vous faut-il plus d’explications? Si vous recherchez une recette typique d’un style de bière, c’est ici vous trouverez votre bonheur!

Mes premiers pas dans le brassage

– Petit guide pour débuter –

Cliquez ici pour acheter Mes Premiers Pas dans le Brassage sur Amazon

Le guide fait 130 pages, vous le trouverez à 5,50€ sur …Amazon (désolé…).

Les autrices

Ha ben c’est nous !

Notre but : offrir au plus grand nombre la possibilité de brasser sa bière à la maison!

L’histoire de ce livre

Ce livre, c’est une demande de vous, les élèves de la formation “Mes Premiers pas dans le Brassage“. Avant d’être un livre, “Mes premiers pas dans le brassage” est en effet une formation que nous proposons pour débuter le brassage à la maison (en même temps le titre est assez explicite, non ? 😉 ).

La formation est accessible sur une plateforme internet accessible 24/24 et à vie 😉 et nous offrons la possibilité de télécharger le contenu des modules en format pdf. Mais on nous a titillé la créativité en nous demandant plusieurs fois si le contenu n’existerait pas en format “livre papier”…

Et nous avons trouvé chez Amazon, une chouette solution : l’auto-édition. Alors même si Amazon est critiquable pour bien des points, il n’empêche que personne d’autres ne nous propose d’équivalents. Et puis, nous ne faisons pas d’ombre aux maisons d’éditions puisque notre livre n’a pas vocation a être vendu en librairie!

Alors c’est parti, nous avons mis en page le premier module de notre formation. Il s’agit de la partie théorique seulement. Le reste de la formation qui est sous forme de vidéos et d’accompagnement dans les premières recettes à brasser à la maison, n’est pas abordé en format papier.

En toute transparence, nous offrons une réduction pour obtenir la formation à prix cassé pour les acheteurs du livre.

Nous avons choisi de le mettre au prix le plus bas possible (d’où le choix d’une impression en noir et blanc), car nous ne voulons pas concurrencer les auteurs de livre, nous ne sommes pas sur le même marché. Pour cela, les illustrations du guide sont en noir et blanc, les livres sont imprimés à la demande, les frais de livraison sont normalement quasi inexistants (sauf cas particuliers), et nous touchons moins d’1€ symbolique pour chaque vente.

Votre avis

Et maintenant, nous avons besoin de vous !

Vous avez suivi et apprécié la formation ? Vous aimez notre blog, nos articles, notre actu? Un chouette moyen de nous aider serait de poster un commentaire d’évaluation sur Amazon.

Je ne vous demande pas de faux témoignages ! Seulement un vrai retour d’expérience sur notre travail pour nous aider à gagner en visibilité. N’hésitez pas à l’acheter ou l’offrir pour vous faire votre propre avis 😉

Il faut descendre tout en bas de la page qui présente notre livre et cliquer sur “écrire un commentaire client”!

Cliquez ici pour évaluer notre livre

Merci d’avance!

Petit brasseur, où en es-tu?

Et toi, si tu devais conseiller de la lecture sur le sujet, quels livres proposerais-tu?

Bientôt noël, j’espère que tu penseras à partager ta passion, sous le sapin!

Si vous tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite.

Publié le 10 commentaires

Technologie brassicole

Pendant l’été, je fais un article pour vous donner des idées de lecture sur la plage. Et puis comme d’hab, je vous demande votre avis “quel serait, vous, le livre que vous conseilleriez?” Vous êtes nombreux à me faire des retours par e-mail (encore merci pour ça, j’ai allongé ma liste au père noël avec, il me semble quelques très bonnes références).

Dans la liste des réponses que j’ai reçues, j’ai un e-mail de Nicolas Imbreckx, l’auteur de “Technologie Brassicole“. Quel honneur ^^

Nicolas me demande si je connais son livre et j’avoue qu’on m’a déjà parlé de “Technologie brassicole” mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’avoir entre les mains et de me faire mon propre avis. Ni une, ni deux, Nicolas me fait parvenir un exemplaire à la maison. Merci pour cet envoi!!

L’auteur, Nicolas Imbreckx

Vous l’aurez compris je ne connais pas (encore) personnellement Nicolas Imbreckx 😉 Mais ce que je peux vous dire c’est qu’il a une solide expérience dans le brassage.

Avec ses bagages d’ingénieur agronome, il débute sa carrière à la brasserie Trappistes de Rochefort en charge de la qualité. Il s’expatrie ensuite vers le Canada pour gérer l’ouverture et la production de l’entité “Les 3 brasseurs” de Sainte Catherine.

Mais je pense que son “petit plus”, il le doit à sa capacité à transmettre son savoir (non, ça ce n’est pas donné à tout le monde!). Donc il retourne rapidement sur les bancs de l’école (enfin non! plutôt du côté du tableau justement) pour enseigner pendant de nombreuses années (presque 20 si je compte bien) :

  • La microbiologie et la technologie alimentaire dans un premier temps, puis
  • la technologie brassicole et la gestion-qualité (HACCP) aux futurs chefs d’entreprise “microbrasserie” , ainsi que la zythologie.

En 2015, il crée sa propre entreprise de conseil, Simcoe Consult, pour accompagner les particuliers, les brasseurs amateurs et professionnels dans la résolution de leurs problématiques.

Notre avis sur Technologie Brassicole

Nous avons adoré ! Un super livre pour débuter et aller un peu plus loin sur le brassage.

Comment brasser sa bière

Plusieurs raisons à cela :

  • en français, et j’avoue que la bonne littérature sur le brassage en français se fait encore trop rare à mon goût!
  • truffé de petites pointes d’humour : par exemple Nicolas aborde la notion de vitesse de réaction chimique en absence d’enzymes. Sans les enzymes, la simple lecture d’un livre pourrait nous prendre des millions d’années si notre cerveau devait attendre que le glucose se décompose spontanément. “C’est avec joie que j’apprends que vous pourrez continuer la lecture sans encombres”
  • ponctué d’exemples du quotidien pour vulgariser les notions qui pourraient être difficiles pour les novices : “Imaginez une armoire faite d’une multitude de petites cases dans lesquelles vous venez bourrer des coussins”, il image l’amidon dans sa structure protéique au sein de l’albumen.
  • Nicolas aborde des notions que nous ne trouvons pas ailleurs dans la littérature brassicole française : la photosynthèse, l’enzymologie, le maltage, l’utilisation des grains crus, l’effet crabtree…
  • ses schémas uniques, très simples mais très explicites :
Bonjour Aurélie,
J’ai acheté ce livre l’an dernier. Bon compromis entre théorie (assez complète) et pratique (aussi pour petits brasseurs amateurs) !
Je le conseille à tous
Pierre 1400 Nivelles, Belgique
Tweet

Mieux que de longs discours, je vous laisse consulter le sommaire :

Au sommaire

Introduction

Définition légale de la bière

Historique de la bière

  • Les premières origines de la bière
  • L’Égypte
  • L’arrivée de la bière en Occident
  • Le gruit : l’essence aphrodisiaque principale de la bière
  • Les Vikings
  • Le déclin du gruit et l’avènement du houblon en brasserie
  • La disette, la loi de la Pureté et l’abandon du gruit
  • Pasteur et la mise en évidence des micro-organismes

Actuellement

Définition d’une microbrasserie

PARTIE 1 : Des matières premières à la refermentation en bouteille

Les matières premières

Eau

  • Approche historique et aspect légal
  • Composition

Malt

  • Orge
  • Anatomie du grain
  • Germination naturelle du grain
  • Maltage de l’orge
  • Coloration EBC
  • Buts du maltage

Grains crus et sucres

  • Grains crus
  • Sucres

Houblon

  • Description botanique
  • Culture du houblon
  • Classification des houblons
  • Houblonnage fractionné
  • Houblonnage à froid ou “dry hopping”
  • Formes d’utilisation
  • Producteurs de houblon en Belgique

Épices

  • Ajout des épices
  • Épiçage à froid ou “dry spicing”

Levure

  • Définition Générale
  • Métabolisme énergétique
  • Les déchets du métabolisme du glucose
  • Multiplication et effet Crabtree
  • Éléments nutritifs essentiels à la vie
  • Éléments essentiels à sa multiplication
  • Les levures de brasserie

Le brassage de la bière

Concassage

  • Concasseurs à rouleaux
  • Concasseurs à marteaux
  • Impacts du concasseur sur le reste du procédé de fabrication

Empâtage

  • Du malt
  • Des grains crus

Brassage proprement dit

  • Importance pH et température
  • Enzymes disponibles et diagramme de brassage
  • De l’amidon au maltose : révisions théoriques plus pointues
  • Expression de la teneur en sucre du moût
  • La saccharification complète
  • Les méthodes de brassage
  • Le test à l’iode
  • Le “mash-out”
  • Matériel de brassage

Filtration du moût

Cuve filtre

Filtre à moût

Ébullition du moût

Buts

  • Dénaturation des enzymes
  • Assainissement microbiologique du moût
  • Amérisation du moût
  • Aromatisation du moût
  • Évacuation des mauvais goûts
  • Concentration du moût
  • Clarification du moût
  • Coloration du moût

Les revers de l’ébullition

  • Libération des DMS
  • Oxydation maximale

Traitement du moût

Clarification

  • But
  • Effet Whirlpool ou tourbillon
  • Centrifugation

Refroidissement

  • Refroidissement lent et naturel
  • Refroidissement rapide et forcé

Oxygénation du moût

Fermentation principale

Composition générale d’un moût

  • Caractéristiques générales
  • Les cuves cylindroconiques

Type de fermentation

  • Fermentation haute ou “Ale”
  • Fermentation basse ou “Lager”
  • Fermentation spontanée
  • Fermentation mixte

Métabolisme des principaux composés du moût

  • Les sucres
  • Les composés azotés
  • Les dextrines

Production de substances volatiles

  • Souhaitées
  • Non Souhaitées

Comment conduire la fermentation ?

Garde

Définition

Buts

En fermentation basse

Les autres types de fermentation

Soutirage, filtration et pasteurisation

Soutirage : buts, contraintes et dangers

Filtration

Pasteurisation

Conditionnement

Propreté préalable des contenants

Remplissage en encaissage

Capsulage

Refermentation

PARTIE 2 : Quelques produits particuliers

Les bières de fermentation basse de type pils

Les gueuzes

Les bières “saison” belge

Les IPA

Les bières trappistes

Les bières d’abbaye

Belgian Beer of Wallonia

PARTIE 3 : L’analyse sensorielle

Définition

Différentiation entre goût et sensation physique

Les goûts et les papilles gustatives

Définition test hédonique et jury professionnel

Descripteur aromatique

PARTIE 4 : L’étiquetage de la bière

But

Mentions obligatoires

Mentions facultatives

Illustrations et mentions interdites

PARTIE 5 : Composition de la bière finie

Composition générale

  • Eau
  • Alcool
  • Glucides
  • Protéines
  • Fibres
  • Vitamines
  • Minéraux
  • Apports énergétiques

Bienfaits

Méfaits

PARTIE 6 : Introduction à la conception d’une bière

Méthodologie et procédure

  • Fixer ses objectifs
  • Estimation de la densité initiale du versement
  • Estimation de l’EBC final
  • Estimation de l’IBU
  • Élaboration du diagramme de brassage théorique, et conduite de la suite du procédé

Organisation optimale lors du brassage

  • Matériel nécessaire
  • Les étapes à suivre

Lexique

Résumé du process

Bibliographie

Pour acheter Technologie brassicole

Tu as la possibilité d’acheter ce livre sur internet et notamment sur Amazon

(je sais ça peut être discutable, il n’empêche qu’il n’existe pas d’autre librairie en ligne avec un catalogue aussi vaste… et amazon nous permet également de faire de l’affiliation) :

Ceci est un lien affilié Amazon, c’est à dire qu’ils nous permet de toucher une petite commission si vous achetez un produit Amazon en passant par ce lien. Bien évidemment cela n’augmente pas le prix final que vous allez payer. Ces commissions nous permettent de vous offrir du contenu gratuit, donc merci si vous passez par nos liens pour acheter ces produits ! 

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

PS : nous ne recommandons jamais un produit que nous n’estimons pas sincèrement être un produit de qualité. C’est essentiel pour nous de vous apporter le maximum de valeur !

Petit brasseur, où en es-tu?

Pour débuter le brassage, j’ai longtemps conseillé “Faire sa bière maison” de Greg Hughes et “Secrets de brasseurs”, j’ajoute désormais Technologie brassicole dans la liste. Et je pense même que je le place en Pole Position même si tous les livres apportent des choses différentes et donc se complètent à merveille.

As-tu déjà lu ce livre? Qu’en as-tu pensé?

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite

Publié le 4 commentaires

Les livres de brassage à ne pas manquer – Partie 1

L’été, c’est “doigts de pied en éventail” sur la plage mais cette année, tu as envie de te cultiver sur le monde de la bière et de te lancer dans le brassage!

Tu as déjà commencé à te renseigner mais tu voudrais profiter de ces moments de détente pour approfondir le sujet, en te plongeant dans de la bonne lecture.

Brasseur débutant, voici la liste des livres que nous te conseillons

Biérographie, Comprendre la bière en 100 dessins et schémas

Cliquez pour acheter Biérographie sur Amazon

Auteurs

Elisabeth Pierre, Anne Laure Pham, Mélody Denturck – Hachette

Notre avis

C’est une livre coloré de 120 pages au format original. Il présente, en dessins et schémas, toutes les informations à connaître pour être incollable sur la culture brassicole. Bon clairement, on n’est pas sur un livre “brassage” mais facile à lire (ou à feuilleter) entre 2 activités, c’est le cadeau idéal pour le fan de bières.

Nous l’apprécions tout particulièrement car il regorge d’anecdotes et casse les croyances que nous pouvons avoir sur la bière. Nous y avons appris plein de petits trucs mais ce ne sera pas ici que vous apprendrez à brasser votre propre bière ;).

Au sommaire

Découvrir la bière par le goût

  • La bière, ça ne se déguste pas comme un vin
  • La bière a peu d’intérêt nutritionnel
  • La bière, c’est trop amer
  • Les bières de même couleur ont toutes le même goût
  • On perçoit toujours le même goût d’une blonde à l’autre
  • La bière, c’est juste des céréales et de l’eau
  • L’eau, ça n’est pas l’ingrédient principal d’une bière
  • Il n’y a que du malt, du houblon et de l’eau dans la bière
  • Il n’y a que 5 couleurs dans la bière
  • Tous les styles se ressemblent
  • La mousse, ça ne sert à rien
  • La bière à la pression, c’est ce qu’il y a de meilleur
  • On ne retrouve pas les mêmes flaveurs dans un vin ou dans une bière
  • La bière ne s’accorde avec rien
  • La bière, ça ne se boit pas à table,
  • La bière, ça ne va pas du tout avec le fromage
  • La bière, ça n’a aucun intérêt en cuisine

Choisir, acheter et consommer la bière

  • On n’apprend rien d’une étiquette
  • La France n’est pas un pays de bières
  • Les bières trappistes et les bières d’abbayes, sont les meilleures
  • Tous les styles de bières sont nés en Belgique
  • La cave à bière, c’est réservé aux experts,
  • Une bière, ça ne coûte jamais très cher
  • Les bières les plus vendues dans le monde sont très différentes
  • Un Stout c’est trop alcoolisé et trop lourd
  • Une Pils, c’est une bière “de base”
  • Un Lambic, c’est imbuvable
  • La bière en canette, c’est forcément mauvais,
  • Il faut se méfier des bières en bouteille
  • La bière anglaise est toujours plate et tiède!
  • Les femmes préfèrent les bières blanches et blondes, les hommes les bières brunes et noires
  • Je n’aime pas cette bière. Je n’en boirai jamais d’autres
  • Trouver un bon bar à bière, c’est difficile
  • Un sous-bock, c’est ringard
  • Le pub anglais, c’est une invention récente
  • La bière se boit toujours dans une chope
  • La bière ça fait grossir
  • La bière ce n’est pas bon pour la santé
  • Il est impossible d’ouvrir une bouteille de bière sans décapsuleur

L’histoire et l’élaboration de la bière

  • La bière, c’est simple
  • Le houblon, c’est l’ingrédient principal de la bière
  • Il n’y pas de levures dans la bière
  • La fermentation de la bière, c’est la même que la fermentation du vin
  • Faire sa bière maison, c’est impossible
  • La Triple, c’est une bière trois fois plus fermentée
  • Une bière trouble, c’est pas normal
  • Les bières de saison, c’est bidon
  • La bière c’est une boisson qui remonte aux Gaulois

Pour en savoir plus sur l’art de la dégustation de la bière, je t’invite à lire l’article de Damien.

Randos bière en France, La façon la plus rafraîchissante de voir la France

Auteurs

Fabienne et Benoît Luisier

Notre avis

Un livre extrêmement utile quand on aime la rando mais aussi les brasseries artisanales!

Comme le disent si bien les deux petits suisses, Fabienne et Benoit, ce livre peut être l’occasion de se faire un petit rituel de week-end. On ouvre le guide, on choisit son itinéraire et on chausse ses baskets! Un livre pour partir à la rencontre de nos chers brasseurs passionnés et passionnants.

Le principe?

70 itinéraires entre 8 et 20 km 3 niveaux de difficultés dans les randonnées. Le format est visuel pour facilement comparer les randos. Les numéros des cartes IGN associées sont mentionnés /

  • Une description du parcours,
  • une carte (très schématisée) et
  • une idée du dénivelé de chaque rando

Vous découvrirez donc également 70 brasseries. Une seule bière retenue par brasserie.

  • Une rapide description
  • les saveurs dominantes, les flaveurs, une échelle d’amertume et de douceur
  • l’adresse de la brasserie
  • et les commerces où vous trouverez les bières.

Au sommaire

  1. Introduction
    • Avant propos
    • Les bières et les randonnées
    • Choisir la bière ou la randonnée
    • Les difficultés
    • Avant le départ
  2. Carte et liste
    • Carte
    • Liste des randonnées
  3. Les randos bières

B comme bière, la bière expliquée aux (grands) enfants

Auteur

Tom Robbins

Notre avis

Voici un petit roman plein d’humour qui se boit très très vite 😉

L’histoire c’est celle de Gracie, 6 ans qui se pose énormément de questions sur cette boisson que son père boit en grande quantité. Son oncle, un homme un peu décalé, va répondre à ses interrogations et lui faire visiter une brasserie. Gracie prend ensuite sa première cuite en testant une canette du frigo. Elle rencontre alors la Fée de la bière, celle que son père connaît si bien.

C’est léger tout en étant instructif. J’ai beaucoup aimé (c’était presque même trop court).

Faire sa bière maison, un guide étape par étape pour brasseur amateur

100 recettes et astuces de brasseurs

Cliquez ici pour acheter Faire sa bière maison sur Amazon

Auteur

Greg Hughes

Notre avis

Ce livre c’est de la bombe pour débuter!

  • 71 pages de théorie bien illustrée!
  • Des tableaux de classification des houblons, des malts et des levures,
  • Une présentation du matériel et des règles de base de l’hygiène en brassage amateur
  • Présentation des kits et de l’extrait de malt puis présentation du brassage tout grain

Et le bonus qui a une grosse valeur ajoutée, ce sont les quelques 130 pages de recettes de différents styles! De quoi vous occupez pendant les premiers mois de votre carrière de brasseur amateur!

Tu doutes encore de tes capacités à brasser : Si tu as besoin d’un coup de pouce pour oser te lancer, c’est par ici!

Au sommaire

Introduction

  • Histoire de la bière et de la brasserie
  • La révolution des bières artisanales
  • Du grain à la bouteille

Les ingrédients

  • Le malt
  • Les sucres et les grains crus
  • Malts, sucres et grains crus en un clin d’oeil
  • Le houblon
  • Les houblons en un clin d’oeil
  • L’eau d’empâtage
  • Aromates, fleurs, fruits et épices

La technique

  • Avant de commencer
  • Trois méthodes de brassage
  • L’importance de l’hygiène
  • Le matériel de brasserie
  • Les kits
  • L’extrait de malt
  • Le brassage tout grain
  • L’ensemencement
  • La fermentation
  • Le sucrage et le soutirage
  • Conserver et servir sa bière
  • L’étiquetage des bouteilles

Styles de bière et recettes (x100)

  • Sélectionner une recette
  • Comment lire une recette

Les lagers

  • lager blonde
  • Pilsner
  • Lager ambrée
  • Bock et lager foncée

Les ales

  • Pale ale
  • India Pale ale (IPA)
  • Sour ale et lambic
  • Bitter
  • Strong ale
  • Brown ale
  • Mild
  • Vin d’orge
  • Porter
  • Stout

Les bières de froment

  • Weissbier
  • Bière de seigle
  • Witbier
  • Bière de blé foncée

Les styles mixtes

  • Hybrides blondes
  • Hybrides ambrées
  • Bières épicées et aux aromates
  • Bières aux fruits et aux légumes

Informations utiles

Glossaire

Index et remerciements

Une nouvelle édition du livre est sortie en septembre 2020 : avec de nouvelles recettes !

Secrets de brasseur, réussir sa bière maison

Cliquez ici pour acheter Secrets de brasseur sur Amazon

Auteurs

Matthieu Goemaere, Linda Louis,  Thomas Mousseau – La plage

Notre avis

Un autre incontournable pour débuter le brassage amateur!

Si vous souhaitez comprendre les processus biochimiques en jeu lors du brassage de votre bière, vous trouverez votre bonheur avec ce livre! Ce livre est recommandé par beaucoup de brasseurs amateurs et on comprend pourquoi.

Il est encore plus précis que le livre précédent. Les schémas sont nombreux et très clairs.

Même le design est joli 😉 Pour la partie recettes, je préfère néanmoins le Faire sa bière maison de Greg Hughes… Je trouve que les informations y sont plus rapidement accessibles (sensibilité personnelle). Peut-être qu’il faut avoir les 2 livres pour avoir toute la panoplie complète du parfait débutant!

Au sommaire

Comprendre le monde de la bière

  • L’histoire de la bière en bref
  • Les styles de bière
  • La fabrication de la bière

La chimie de la bière à travers ses ingrédients

  • Le malt
  • La saccharification de l’amidon
  • Les levures et le processus de fermentation
  • Le houblon
  • L’eau et le sucrage

L’environnement de la brasserie

  • Le matériel de base pour brasser
  • L’hygiène de la brasserie
  • Le nettoyage et la désinfection du matériel
  • L’embouteillage

Secrets de brasseur

  • Les calculs et la géométrie de la bière
  • Le densimètre et le taux d’alcool

Les recettes de bière (x21)

Biérologie

  • L’orge, l’or blond de la bière
  • Les vertus médicinales du houblon
  • Petits bricolages en brasserie
  • Comment déguster une bière
  • Comment recycler les restes de brassin

Lexique de la bière

Références

How to brew, everything you need to know to brew great beer everytime

Cliquez ici pour acheter How to brew sur Amazon

Auteur

John Palmer

Notre avis

La Bible du brasseur amateur (575 pages), à ce jour la version “achetable” est la 4ème. C’est un incontournable, tout brasseur amateur a au moins une fois dans sa vie consulté How To Brew, vous n’y couperez pas!

Ce livre est en anglais (mais il n’y a pas d’équivalent en français). Vous trouverez une version traduite et gratuite sur le forum brassage amateur (Bravo pour ce travail).

Il ne se lit pas en une seule fois (imbuvable, décès dans d’atroces souffrances), ce livre se consulte pour répondre à une question précise ou pour approfondir un sujet particulier :

“Tiens aujourd’hui, je veux en savoir plus sur les enzymes de l’empâtage”.

Le plus : c’est le niveau de détail inégalé

Le moins : Ce sont ces gras pavés de textes écrits en petits en anglais et en noir et blanc!

Au sommaire

Introduction

Section I : Brasser des kits de bière

  • Chapitre 1 – Brasser votre premier brassin de bière
  • Chapitre 2 – Nettoyer et désinfecter
  • Chapitre 3 – Les malts et extraits de malts
  • Chapitre 4 – Brasser avec des kits et des extraits
  • Chapitre 5 – Les houblons
  • Chapitre 6 – La levure et la fermentation
  • Chapitre 7 – La gestion de la levure
  • Chapitre 8 – L’eau pour le brassage à l’extrait de malt
  • Chapitre 9 – Brasser avec un volume complet
  • Chapitre 10 – Le sucrage, l’embouteillage et la mise en fût
  • Chapitre 11 – Comment brasser des lagers
  • Chapitre 12 – Brasser des bières fortes
  • Chapitre 13 – Brasser avec des fruits, légumes et épices
  • Chapitre 14 – Brasser des bières acides

Section II : Brasser en tout grain

  • Chapitre 15 – Comprendre l’orge malté et les additifs
  • Chapitre 16 – Comment marche l’empâtage
  • Chapitre 17 – Les méthodes d’empâtage
  • Chapitre 18 – L’extraction et le rendement : ou qu’attendre de votre empâtage
  • Chapitre 19 – Récupérer le moût (la filtration)
  • Chapitre 20 – Brasser votre premier brassin tout grain
  • Chapitre 21 – L’alcalinité résiduelle, l’acidité du malt et le pH d’empâtage : ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pH d’empâtage mais que vous n’avez jamais osé demander
  • Chapitre 22 – Ajuster l’eau pour le style : Les eaux célèbres de brassage et leurs bières

Section III : Recettes, expérimentation et dépannage

  • Chapitre 23 – Quelques-uns de mes styles favoris de bières et leurs recettes
  • Chapitre 24 – Créer vos propres recettes
  • Chapitre 25 – Ma bière est-elle foutue?

Section IV : Appendices

  • Appendice A : Utiliser un densimètre et un réfractomètre
  • Appendice B : La couleur de la bière
  • Appendice C : La clarté de la bière
  • Appendice D : Fabriquer un refroidisseur de moût
  • Appendice E : Création d’une cuve de filtration pour un écoulement
  • Appendice F : Création d’une cuve de filtration pour un rinçage en continu
  • Appendice G : Brasser des métaux (ions)
  • Appendice H : Les conversions d’unités
  • Appendice I : Les soucis dans le brassage des bières sans gluten

Bibliographie

Glossaire

Petit brasseur, où en es-tu?

Nous avons sélectionné ici les livres que nous aurions aimé trouvé à nos débuts! Cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive et nous en avons lu beaucoup d’autres depuis bien sympathiques aussi. Mais il fallait faire un choix.

Et toi, si tu devais donner ta petite liste de livres de brassage préférés, quelle serait-elle?

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite.

Publié le 6 commentaires

Ces 20 erreurs que tu ne feras pas

Vous avez déjà expérimenté un certain nombre des erreurs de débutants en brassage, pas vrai?

Vous avez sûrement déjà :

  • Laissé un robinet de cuve ou de fermenteur ouvert avant d’y verser le moût;
  • Oublié de désinfecter le thermomètre avant de le plonger dans le moût refroidi;
  • Ne pas eu assez de bouteilles le jour de l’embouteillage;
  • Fait cramer ses céréales dans sa cuve d’empâtage;
  • Fait déborder son moût pendant l’ébullition…

Le brassage à la maison vous offre une multitude d’opportunités de ruiner votre passion, votre travail, votre bière… Yes, c’est un hobby complexe.

Alors certes,

Faire des erreurs est la meilleure des écoles pour apprendre, comprendre et progresser.

Mais si nous avons l’opportunité d’économiser quelques euros, quelques heures de votre précieux temps et quelques frustrations, colères, déceptions,… Prenons ce qui est bon à prendre!

Voici une liste des erreurs de débutants auxquelles nous avons pensé. Pas de longs débats, seulement des idées de points de vigilance pour vos prochains brassins. Si vous souhaitez que nous approfondissions un point particulier, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire!

Tu as besoin de te documenter, de lire pour apprendre , comprendre, progresser? Nous te proposons une petite liste de lecture!

1- Ne pas nettoyer ou désinfecter convenablement

On vous l’a répété encore et encore, mais même si vous avez saisi le concept, est-il facile de penser à tout le matériel qui va entrer en contact avec votre breuvage, à toutes les pratiques que vous devez adopter? Sans oublier l’hygiène de vos mains!!

Vous avez entendu parler de nettoyage et de désinfection… Ha, ha! Les mains, les surfaces ou les équipements sales peuvent tous contribuer à apporter des bactéries et autres micro-organismes qui pourraient ruiner votre brassin.

Un article pour vous aider : Contaminations, comment les éviter?

Mais, à quel moment la saleté doit-elle être éliminée? A quel moment les méchants microbes sont-ils vos pires ennemis?

Comment procéder concrètement?

Quelles sont les conséquences? Les contaminations avec des brassins foutus ou juste des faux-goûts, du gushing aussi parfois (la bouteille qui se vide en geyser de mousse pendant plusieurs minutes, voire la capsule qui explose!).

2- Ne pas mesurer correctement…

Pendant tout le déroulé de votre brassage, vous avez un certain nombre de paramètres à suivre.

…le temps

Vous avez 15 minutes à 55°C puis 32 minutes à 67°C pendant votre empâtage.

Ce qui pourrait aussi vous arriver c’est d’oublier d’additionner vos houblons aux bons timings…

Ne jouez pas avec le feu, sortez un minuteur!

…la température

C’est un des paramètres le plus importants dans le brassage. Vous allez devoir vérifier la température pendant presque toutes les étapes. Ne négligez pas le respect des paliers de température pendant l’empâtage, le refroidissement du moût avant d’ensemencer et le maintien d’une constance pendant la fermentation par exemple.

Et pour cela, avez-vous vérifié que votre thermomètre donne une valeur exacte?

D’ailleurs je vous conseille de prendre les devants et d’avoir toujours au moins 2 thermomètres, il suffit d’une casse et un brassin peut être livré à lui-même…

…la densité

Pour la densité, vous utilisez sûrement un densimètre de ce type :

Vous aurez donc besoin d’un prélèvement de moût dans une éprouvette . Vous ne devez absolument pas jeter directement votre densimètre dans votre fermenteur, ni prélever directement le moût dans le fermenteur avec l’éprouvette. Sommes-nous bien d’accord sur le sujet?

  • Si vous utilisez un fermenteur avec robinet, rien de plus simple, prélevez votre volume via le robinet. Un volume suffisant pour que votre densimètre flotte.
  • Si vous utilisez un fermenteur sans robinet (ce qui évite les fuites et un risque d’infection), prélevez votre volume au moyen d’un transvaseur anti-lie par exemple.

La densité d’un liquide est dépendant de sa température. Les densimètres ont donc été ajustés pour donner des valeurs de densité à température ambiante (18-20°C).

Votre moût est chaud? Attendez que la température redescende avant d’envisager de lire la valeur de densité! Sinon vous devrez appliquer un correctif à la valeur de densité que vous aurez lue.

Si vous avez opté pour un réfractomètre. Son intérêt est double :

  • Le volume à prélever est beaucoup plus faible qu’avec un densimètre classique et
  • Le volume nécessaire à la lecture est très faible, quelques millilitres, vous ne serez donc plus tributaire de la température du moût. Avec ce volume, la température du moût se met très rapidement à température ambiante.

N’oubliez pas de calibrer votre réfractomètre avant son utilisation. Une goutte d’eau et ajustement de la valeur lue avec la molette dédiée.

…le pH

Nous ne l’avons pas encore directement abordé sur le blog. Il faudrait que je vous fasse un article sur le sujet. Mais le pH est une autre donnée importante à contrôler à différents moments de votre brassage.

Le pH ou potentiel Hydrogène est une mesure de l’activité chimique des ions hydrogène. Plus vulgairement, le pH mesure l’acidité ou la basicité d’une solution. Ainsi, dans un milieu aqueux à 25°C : 

  • une solution de pH = 7 est dite neutre ;
  • une solution de pH < 7 est dite acide ; plus son pH diminue, plus elle est acide ;
  • une solution de pH > 7 est dite basique ; plus son pH augmente, plus elle est basique (alcalin).

Le pH est mesuré grâce à un pH-mètre qui indique la valeur du pH obtenu, ou par utilisation de papier pH qui indique une couleur que l’on compare à un référentiel.

Si vous optez pour une mesure au papier pH, celui-ci doit être conservé dans un endroit sec. Si c’est un pH-mètre que vous souhaitez utiliser, privilégier un matériel qui supporte des températures d’au moins 80°C et pensez à prévoir les solutions d’étalonnage ainsi que la solution de stockage de l’électrode (en théorie celle-ci ne doit pas être conservée à l’air libre).

Un article hyper complet pour t’aider à calculer tes volumes d’eau d’empâtage et de rinçage.

3- Ouvrir régulièrement son fermenteur

C’est une erreur courante, la fermentation vient à peine de commencer que vous vous demandez déjà où elle en est? Mesurer trop souvent votre densité, ne changera absolument rien au déroulement de votre fermentation

Vous ouvrez votre fermenteur. What!! On n’ouvre pas son fermenteur à moins d’avoir une réelle bonne raison, les risques de contaminations sont bien trop élevés. Est-ce réellement nécessaire?

Ensuite à chaque mesure de densité, si vous optez pour un peu de soutirage de moût par le robinet, vous faites inéluctablement entrer de l’air dans votre fermenteur. De plus, en général, quelques gouttes de moût resteront dans votre robinet après soutirage. Un vrai nid à microbe!

Nous avons testé un petit outil pour vous : le i-Spindle, un densimètre connecté qui fournit en temps réel les données de température et de densité en direct de votre fermenteur, sans avoir besoin de l’ouvrir. Magique!

4- Utiliser des matières premières “âgées”

Nous l’avons tous fait! Acheter un kit d’ingrédients et le laisser de côté pendant quelques semaines, voire mois avant de les utiliser. Pas vrai?

Les céréales et plus particulièrement les malts et les houblons sont des matières périssables. Elles doivent être utilisées rapidement afin de donner un maximum de leurs potentiels. Et j’oubliais presque de vous parler des levures, c’est bien évidemment aussi le cas.

Si vous ne pouvez pas les utiliser pendant qu’ils sont “frais”. Vous devrez les conserver de manière adéquate pour prolonger leur durée de vie.

  • Les malts avant concassage se conservent dans un endroit sec et à l’abri de la lumière. Mais ils ne doivent pas être stockés dans des contenants totalement hermétiques. Les sacs des maltiers sont poreux, ce serait la meilleure solution selon eux. (Pour en savoir plus sur le concassage).
  • Les malts concassés quand à eux, sont susceptibles de sécher. Il devient nécessaire de les conserver dans un contenant hermétique et de les utiliser rapidement. Plus vous attendrez avant de les utiliser, plus vous diminuerez votre rendement d’extraction de sucres.
  • Les houblons sont également sensibles à l’oxygène, à la lumière et à la température. Conclusion ? On les stocke dans des sachets hermétiques et opaques et dans le congélateur!!!
  • Et enfin, les levures? Plus votre levure est conservée à une température élevée, plus la viabilité décroît. Une levure sèche conservée à 24°C va perdre 20% de viabilité par an, à 3°C elle en perdra 3%. Il est donc préférable de conserver vos levures au frais.

5- Ne pas vérifier son matériel en amont

La problématique est large car elle comprend la réflexion en amont de la journée de brassage.

  • Ai-je bien l’intégralité de mon matériel de brassage à disposition? Ha oui, j’avais cassé mon fourquet… Mais je n’ai pas pensé à le remplacer… Mince ce seau est en fait trop petit…
  • Ai-je bien tous les consommables : toutes les bouteilles dont j’ai besoin le jour de l’embouteillage? (David, spéciale dédicace), les capsules,…

Mais cela suppose également de vérifier leur bon état et/ou fonctionnement le moment venu.

  • Mon seau de fermentation est rayé, un piège à contaminant je ne peux pas l’utiliser…
  • Mon joint de robinet de cuve fuit alors que je viens d’y verser mes 15 premiers litres d’eau. Damned…
  • Mon robinet de fermenteur est-il bien fermé? Cette erreur de débutant ou de “personne tête-en-l’air” m’est arrivée un nombre incalculable de fois. “Soutiens-moi en me disant que toi aussi!!”

Notre astuce est la préparation de notre journée de brassage en amont en parcourant et pré-remplissant notre fiche de brassage.

6- Trop presser le sac de grains

Vous brassez en brew in a bag (BIAB) ? Nous avons une foire aux questions sur le sujet, tu l’as déjà consulté?

Le grand classique des erreurs de débutants, c’est de vouloir retirer un maximum de moût de son sac de brassage! Alors on soulève le sac, on attend un peu que le tout s’égoutte quelques secondes puis on fait le gros sagouin.

Le risque? Si vous pressez trop, vous pouvez libérer les tannins des malts ce qui apporte de l’astringence désagréable dans ton moût.

7- Brûler son extrait de malt

Vous brassez en extrait de malt? L’extrait de malt a tendance à tomber dans le fond de votre cuve s’il est mal mélangé à l’eau et brûler… Balot.

Pour éviter cela, coupez la chauffe pendant l’ajout de l’extrait. Puis agitez constamment pendant que vous ajoutez l’extrait et ce, jusqu’à ce que l’extrait soit totalement dissout.

8- Garder le couvercle pendant l’ébullition

Et oui, c’est assez logique, on a envie de limiter les déperditions de chaleur et l’évaporation…

La phase d’ébullition permet de stériliser le moût, de concentrer le moût et de libérer l’amertume des houblons.

Cette étape permet aussi d’éliminer une partie des DMS (les dimethyl-sulfures), des composés indésirables volatiles. Donc le couvercle absent en ébullition, c’est une obligation ! Plus les bouillonnements sont forts plus l’élimination est bonne.

Ces composés sont principalement apportés par les malts qui contiennent des molécules précurseurs des DMS, les S-methylmethionine (SMM). Ces précurseurs sont produits pendant le maltage. Si les malts subissent une torréfaction, ces molécules seront dégradées. Ainsi plus le malt est foncé, moins il sera susceptible d’apporter une saveur de légume à votre bière.

Ces composés sont également naturellement présents dans les houblons en quantité plus ou moins importante. Les DMS sont donc courants dans les bières artisanales mais aussi les lagers industrielles, ils font d’ailleurs partie du caractère de ce type de bière.

Mais d’ailleurs je profite de ce paragraphe pour vous rappeler d’être vigilant aux débordements pendant l’ébullition (les boil-overs). Faites attention à ce que le liquide ne soit pas trop haut dans votre cuve (au moins 5 à 10cm du bord supérieur). Si vous réussissez à obtenir une ébullition franche, les bouillonnements peuvent être impressionnants!

Si vous avez brassé une bière chargée en protéines (le cas des bières comportant beaucoup de céréales ou contenant du blé par exemple), votre “cassure à chaud” accentuera le risque de débordement pendant l’ébullition.

9- Ensemencer la levure dans un moût trop chaud

La température d’ensemencement idéale est de 2 à 3°C en dessous de la température de fermentation.

De manière générale, il est communément dit que la température de fermentation idéale pour les ales est de 20°C et celle des lagers de 10°C. Pour tout connaître des températures de fermentation : Contrôler sa température de fermentation.

N’ensemencez pas votre moût avant d’avoir atteint les 18 à 20°C pour les ales. Au delà, vous pourriez créer un choc thermique et même tuer vos levures! Si ce n’est pas le cas, vos levures pourront tout de même avoir des difficultés à réaliser correctement leur job (développement de faux goûts)…

10- Utiliser un fermenteur trop petit

Votre bière a besoin de place pendant qu’elle fermente, c’est ce qu’on appelle le “headspace” en anglais, cet espace entre la surface du liquide et le haut du contenant.

Pourquoi?

La première étape de la fermentation se traduit par l’apparition du kraüsen. Le kraüsen, c’est cette grosse mousse à la surface de ton liquide en fermentation. Ces bulles sont créées par les levures en pleine multiplication.

Il est communément admis qu’il faut utiliser un fermenteur environ 20% plus grand que votre volume de moût. Si vous réalisez un brassin de 20 litres par exemple, prévoyez un fermenteur d’au moins 24 litres.

11- Oxyder sa bière

Un grand nombre de composés présents dans la bière sont sensibles à l’oxydation.

Nous vous proposons dans ce tableau quelques exemples d’arômes développés par une oxydation des composés (ces derniers sont entre parenthèses), pendant la phase chaude (de l’empâtage jusqu’au refroidissement) ou la phase froide.

Aération pendant la phase froideAération pendant la phase chaude
Pomme pourrie (acétaldéhyde)Papier/Carton (aldéhydes)
Fromage (acides des houblons)Cuir/Boisé (aldéhydes)
Foin/armoise/herbe (huiles essentielles de houblons)Ayant des caractéristiques de vin de Jerez (niveau bas d’acides acétiques)
Savon (acides gras)

(Les vins de Jerez les plus cotés sont justement des vins oxydés – Merci à Samuel pour son explication ).

Pour éviter l’oxydation, la bonne pratique est d’éviter toute introduction d’oxygène (évident, non?).

  • Faites couler votre moût dans des tuyaux en silicone plutôt qu’à l’air libre et placez l’extrémité en dessous de la surface.
  • Évitez les gros splashs (on fait couler doucement et sans remous).

12- Ne pas assez aérer le moût avant la mise en fermentation

Pour continuer sur la thématique de l’oxygène.

Ha la la, cette erreur n’est pas évidente… Partout, je viens de vous dire que le moût est sensible à l’oxydation! Et maintenant, je vous dis qu’il faut volontairement aérer le moût? A ne plus rien y comprendre!!

Comprendre les bases d’une bonne fermentation

Pour correctement fermenter, la levure a (entre autres) besoin d’oxygène… Ajouter de l’air dans votre moût refroidi avant l’ensemencement est donc une étape très importante.

La concentration d’oxygène recommandée pour une bonne fermentation est de 10 ppm.

Les méthodes faciles à mettre en œuvre pour obtenir cette aération : faire s’écouler le moût sur la paroi lors du transvasement vers le fermenteur puis agiter vigoureusement le fermenteur 30 secondes à 1 minute. Certains brasseurs ont recours à une petite pompe d’oxygénation comme pour les aquariums ;).

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

13- Amorcer le soutirage à la bouche

Ho non, j’ai longtemps hésité, est-il utile de le préciser? Je ne m’étendrai donc pas sur le sujet.

Votre bouche est un nid de microbes avec lesquels vous vivez bien, certes, mais avec lesquels votre bière ne vivra pas bien…

14- Exposer votre bière à la lumière directe

Le mercaptan est un composé chimique sulfuré qui se développe lorsque le composés isomérisés du houblon sont exposés aux longueurs d’onde bleues et ultra violettes de la lumière. C’est une réaction « photochimique ». Il s’agit d’une odeur et pas d’une saveur et celle-ci n’est pas des plus agréables… La moufette ou le putois, vous connaissez ? On ressent cette odeur à partir de 4 ng/L de mercaptan, ce n’est vraiment pas beaucoup…

C’est d’ailleurs pour cette raison que les bouteilles dans lesquelles sont conditionnées la bière sont de couleur sombre. Le verre marron filtre bien ces longueurs d’onde contrairement au vert. Les bières utilisant de l’extrait de houblon pré-isomérisé sont donc moins sujets à ce type de réactions. Certaines industriels l’ont bien compris (suivez-mon regard) et peuvent donc conditionner leurs bières en verre vert ou transparent…

15- Embouteiller trop tôt ou ajouter trop de sucres à l’embouteillage

Évidemment vous êtes impatient… Mais la fermentation est un process long.

Si vous embouteillez trop tôt, votre bière va continuer sa fermentation en bouteilles et la pression va monter. Vos bouteilles pourraient exploser!! Tout aussi fun, le gushing, vous connaissez?

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Assurez-vous donc que votre fermentation est bien terminée avant de procéder à l’embouteillage.

16- Commencer par des recettes trop difficiles

Je l’ai déjà mentionné plusieurs fois sur ce blog, il faut accepter le fait que le brassage n’est pas si simple que ça..

Vous venez d’acquérir votre matériel, il vous faut maintenant choisir votre recette!

En bon amateur de bière que vous êtes, vous avez une idée très précise de ce que vous voulez réussir, la dernière milk stout que vous avez goûtée vous a démonté les papilles.

Cependant, votre aventure brassicole n’en est qu’à ses débuts. Commencez donc par des recettes simples pour vous faire la main. Les SMASH (Single Malt And Single Hop) sont des recettes avec un seul malt et un seul houblon. Parfaites pour commencer, non?

Et je dirais qu’il est même sûrement judicieux de débuter par des volumes moins importants
(Visez les 20 litres pour votre 10ème brewversaire).

17- Ne pas prendre de bonnes notes

Les notes permettent de pouvoir reproduire ce qui a bien marché, de pouvoir éliminer ce qui doit l’être et de pouvoir investiguer quand un doute s’installe.

Pour cela, la prise de notes doit être rigoureuse : notez absolument tout. Dis comme cela, ça peut commencer à faire peur…

Pour vous aider, nous vous avons préparé une fiche de brassage, elle n’est pas exhaustive, mais nous avons essayé d’y laisser de la place pour ajouter vos autres notes. Elle vous aidera à préparer votre brassin, vous guidera lors de sa réalisation et vous servira d’archive pour vos éventuels besoins de revenir en arrière.

Elle est facilement téléchargeable avec le pack débutant lors de votre inscription à la newsletter.

18- S’inquiéter dès que le barboteur s’arrête : apuglouglou?

C’est l’inquiétude numéro 1 du néo-brasseur sur les forums, l’éternel apuglouglou. Pas de panique! Même si le barboteur ne barbote plus, ta fermentation continue sa route.

Tu pourras retrouver pas mal de réponses à tes questions dans notre FAQ sur la fermentation!

19- Goûter votre bière trop tôt

La fermentation en bouteilles prend du temps. La levure doit avoir le temps de sortir de sa dormance, réaliser la fermentation et retomber au fond de la bouteille.

Combien de temps?

Ça dépend de plusieurs facteurs mais il faut compter au minimum 2 semaines à température ambiante.

Si vous goûtez votre bière trop tôt, elle ne sera pas assez carbonatée ou pire vous pourrez ressentir quelques faux-goûts apportés par le travail de levure. De plus, boire de la levure active peut parfois entraîner quelques désagréments (ballonnements dans le meilleur des cas). Soyez patient.

20- Laisser votre moût plusieurs heures

Vous avez commencé votre brassage à 20 heures. Vous n’aviez pas conscience que ça pouvait être aussi long. Il est 1 heure du matin et vous n’en pouvez plus. Vous décidez de laisser votre moût refroidir tranquillement pendant la nuit, vous ensemencerez demain. ERREUR!

Ou,

Vous brassez avec un ami. Il est 13h vous avez faim mais rien de fifou à se mettre sous la dent. C’est décidé, une fois l’ébu terminée, vous partez manger ce bon burger du mois qui est servi à juste quelques km de chez vous. Vous ensemencerez à votre retour. ERREUR!

Non seulement vous exposer votre moût à un risque d’infection… Dois-je encore vous le dire?

Vous allez me répondre : “Mais non, j’ai tout cloisonné, aucun chance que quoi que ce soit ne rentre là-dedans”. Soit. Sachez tout de même que tant que les “méchants” micro-organismes ne sont pas en compétition avec les “gentilles” levures, ils ont encore plus de chance de se multiplier. A vos risques et périls.

Mais j’ajouterai un autre point.

Les DMS, ces molécules dont je vous ai déjà parlé à l’erreur n°8, celles où vous pensiez devoir garder le couvercle pendant l’ébullition. A forte température (empâtage/ébullition), les précurseurs SMM des malts produisent des DMS ( ces molécules dont je vous ai déjà parlé à l’erreur n°8 ). Les longues pauses à chaud sont également à proscrire car les SMM vont continuer à s’hydrolyser et plus de DMS vont être produits.

Donc potentiellement plus d’arômes choux/légumes cuits dans votre bière…

Erreur Bonus : Brasser en n’étant pas concentré

Une bande de potes, des enfants dans les pattes, un match de rugby à regarder en même temps (Ce point s’applique aussi pour les personnes qui pensent pouvoir brasser en étant bourré)?

Come on guy, tu as besoin de toute ton attention pour rester concentré sur ce que tu fais. D’autant plus, si tu es débutant!

Safety First : fabriquer de la bière c’est fun mais ça compile plusieurs source de risques (grande quantité de liquide en ébullition), électricité ou gaz/feu

Source : https://www.brewcabin.com/homebrewing-mistakes/
https://www.homebrewtalk.com/10-worst-homebrewing-mistakes.html

Où es-tu petit brasseur?

Cette petite liste vous fait-elle froid dans le dos? Ne prenez pas peur, la plupart des erreurs que vous pourriez faire ne seront pas dramatiques.. Alors n’oubliez pas d’expérimenter (en réfléchissant scrupuleusement à ce que vous faites)!

Si vous aviez une autre erreur de débutant sur laquelle il faut être vigilant, à partager avec nous, quelle serait-elle? J’ai hâte de lire ça en commentaire!

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite.

Credit: arringtonbp http://www.homebrewtalk.com/showthread.php?t=283677

Publié le 2 commentaires

Ma sélection d”articles brassage” inratables

Une fois n’est pas coutume, je vous propose cette semaine un article qui sort un peu du cadre. Puisque j’ai un peu moins de temps pour rédiger un article complet, je vous propose une sélection de bons articles que j’ai trouvés sur quelques bons blogs de brassage mais pas que.

Cet article vous permet de continuer à lire des contenus de qualité, peut être découvrir des blogs (j’ai volontairement visé large) et repartir avec 2 ou 3 idées de lecture pour les longues soirées d’hiver prochaines. C’est parti?

Le Guide complet : Comment faire sa 1ère bière à la maison ?

Thomas du blog Happy Beer Time nous livre son Guide complet : Comment faire sa 1ère bière à la maison ?

Dans cet article, vous allez découvrir le principe du brassage de la bière. Thomas nous donne quelques informations sur les kits de brassage puis il nous explique comment monter sa propre pico-brasserie (Quel matériel choisir pour chaque étape de fabrication). Vous en saurez un peu plus sur les cuves de brassage automatisée. Enfin Thomas a sélectionné 3 livres de brassages pour vous!

Happy Beer Time

Créer sa recette de bière avec un logiciel de brassage

Mickaël du blog et surtout le créateur du logiciel Little Bock nous propose créer sa recette de bière avec un logiciel de brassage.

Cet article vous guide dans le choix de votre style de bière, vous donne des astuces pour trouver de l’inspiration. L’article nous présente comment le logiciel va vous permettre d’estimer les 5 paramètres de votre recette : la densité initiale, la densité finale, l’indice EBC (couleur), l’indice IBU (amertume) et le degré d’alcool. Mickaël nous aide à choisir nos ingrédients, notre profil de brassage. Bref je conseille Little Bock!

Le brassage amateur en pratique

Le nain brasseur d’Univers bière rassemble ses outils, astuces, tutoriels et conseils dans Le brassage amateur en pratique

Dans ce recueil, vous trouverez une section Outils et calculs, quelques bricolages de matériels, des conseils techniques et des méthodes de brassage et enfin une compilation des problèmes courants en brassage. Vous avez de la lecture pour plusieurs jours!

Levures sauvages – capture, culture et utilisation en brasserie

Quentin de la brasserie du Vallon nous explique les fondamentaux sur Levures sauvages – capture, culture et utilisation en brasserie

Quentin a été mon premier “mentor” en brassage, arf c’est un grand mot! Mais je me suis tout de suite retrouvée dans ses articles de blog, sa manière d’écrire, ses expérimentations! Je vous conseille donc d’aller y faire un tour. Cet article ne s’adresse peut-être pas à un débutant de la première heure (quoique il permet de s’ouvrir à une nouvelle thématique)… Il s’agit en fait d’une traduction d’un article anglais écrit par MuteDog, un brasseur amateur américain réalisant des expériences de brassage et de fermentation complètement dingues ! Je vous laisse faire la connaissance des levures sauvages.

Les 17 fournisseurs pour brasser chez vous

Thomas du blog Carnet d’un brasseur réunit en un seul et même article pas moins de 17 fournisseurs pour brasser chez vous

Thomas a lancé son blog en même temps que moi, c’est un “ami de blog”, on avance ensemble, on se partage nos astuces, on discute de nos avancées! Dans cet article, il recense quelques acteurs incontournables pour vous fournir en matériel ou ingrédients pour vos futurs brassins. C’est souvent sympa d’avoir plusieurs adresses pour comparer les prix, trouver des produits ou des conditionnements qu’il y a pas ailleurs. Bref, je ne vais pas plus vous expliquer l’intérêt, vous avez saisi 😉

carnet d'un brasseur amateur

Mesurer la quantité de liquide de sa cuve non graduée

Alex du blog Homebrewer.be nous explique comment Mesurer la quantité de liquide de sa cuve non graduée

Ben oui, ça peut sembler évident pour les scientifiques mais finalement certains d’entre nous y ont réfléchi à deux fois.. Le hack : la formule du volume d’un cylindre et je vous jure que ce calcul va vous aider. Merci Alex

J’ai testé… le brassage maison et c’est pas une réussite

Carol Ann du blog Hoppy Hours : J’ai testé… le brassage maison (et c’est pas encore une réussite)

Connaissez vous les billets d’humeur de Carol-Ann sur son blog Hoppy hours? Elle a pris un peu de recul sur son blog mais est toujours présente sur les réseaux sociaux. Je trouve cet article intéressant car il nous rappelle quelles sont les difficultés des débutants avec quelques erreurs à ne pas commettre (merci pour sa franchise).

DIY Dog – Brassez votre Brewdog

Yann du Sous-bock nous donne une source d’inspiration DIY Dog – Brassez votre Brewdog

Allez rassurez-moi, vous avez déjà goûté une brewdog? La brasserie écossaise met à disposition de tout à chacun son catalogue de 415 recettes! Eric, si tu me lis, promis je te brasse une Punk IPA dans les prochaines semaines. Le catalogue est téléchargeable gratuitement! Merci pour l’astuce Yann!

Comment brasser quand il fait chaud

Marion et Francis de My Community Beer nous donne deux astuces redoutables dans Comment brasser quand il fait chaud

My community Beer, c’est un forum (une communauté quoi), un shop de produits dérivés mais aussi un blog. Et dans cet article j’ai appris un truc… Non, je ne vous le dévoilerai pas ici. Allez-voir directement sur leur blog! Moi je me note ça pour tester cet été!

Pourquoi une bière artisanale ne coûte pas 1€ ?

Damien, alias le Bear Trotter nous dévoile pourquoi une bière artisanale ne coûte pas 1€ ?

Damien, c’est aussi mon ami de blog 😉 Il lance un coup de gueule ici. Et je suis bien d’accord avec lui. Alors foncez lire cet article et découvrez les prix réels de ce que vous achetez si vous choisissez d’acheter de la qualité. Arf, mais j’ai aussi beaucoup hésité avec son article sur le fonctionnement du goût, scientifique et très complet… Il va vous aider à comprendre ce qui se passe dans votre bouche pendant votre dégustation. Vraiment intéressant.

Des sorcières et des bières

Greg du blog The Beer Lantern nous présente son article Des sorcières et des bières

Nous sortons un peu du cadre du brassage, mais j’ai trouvé l’article vraiment utile à partager avec vous. Remontons quelques siècles en arrière, à l’époque des desperate aleswives. Saviez-vous que le brassage était exclusivement réalisé par les femmes au Moyen Âge. Aujourd’hui, un brasseur sur trois est une femme.

Tu as besoin de te documenter, de lire pour apprendre , comprendre, progresser? Nous te proposons une petite liste de lecture!

9 styles de bières à découvrir

Adrien du blog Bière et le loup (haha) nous propose une visite de 9 styles de bières à découvrir

Et ça ça aide bien à faire le point avec tout ce qu’on trouve aujourd’hui : la RIS, le lambic, la saison à ne pas confondre avec la session… Bref, suivez le guide! Il nous rappelle que tous ces styles sont classés dans le BJCP (va lire je te dis) et dans un autre article sur les appli pour les beer-geeks, il nous apprend que le BJCP est consultable très facilement et ça c’est chouette!

Les reviews de Top Beer

Mathieu de Top Beer nous décrypte tout un tas de bière dans ces reviews, et ça claque!

Top Beer est un site proposant des reviews de bières : de la Perlembourg Lidl à l’Imperial Stout de micro-brasserie, l’objectif est de découvrir et de faire découvrir les multiples nuances du monde brassicole au travers d’articles didactiques, subjectifs et accessibles, agrémentés d’une once d’humour.

La sélection de CBSB, notre propre blog

Aurélie du blog Comment brasser sa bière (me semble en avoir déjà entendu parler de ce blog…) nous propose, par exemple quelques articles dans la catégorie Matériel et méthodes :

Mais n’hésitez pas à aller fouiller le blog, de nombreux autres articles, podcasts ou vidéos pourraient vous intéresser!

Petit brasseur, où en es-tu?

Mais peut être avez-vous déjà lu ces articles? Promis je vous en prépare d’autres! Sur quelle thématique, quel sujet aimeriez-vous voir du contenu, des infos?

Hey, on a oublié ton super article qui déchire?? Peut-on encore se racheter? Laisse-nous un petit commentaire, un mail pour qu’on rattrape le coup. Tu connais d’autres blogs immanquables qui guident tes pas de brasseurs amateurs? Allez partage! Ne garde pas ça pour toi!

As-tu pensé à télécharger notre livre numérique pour t’aider à brasser ta première bière tout grain? Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à le partager et à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook ou sur Instagram.

A très vite,

Publié le 4 commentaires

10 blogs partagent leurs astuces pour débuter

Débuter une nouvelle activité n’est pas toujours aisé. Entre l’envie qui est là mais le déclic qui se fait attendre, sans oublier la crainte de ne pas être à la hauteur ou le fait de ne pas savoir comment s’y prendre, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas oser se lancer…

Grâce au carnaval d’articles que j’ai organisé, j’ai la chance de pouvoir partager avec vous le témoignage de 10 blogs sur le thème des astuces pour débuter. Il s’agit de blogueurs de divers horizons. Vous allez retrouver des blogs sur la bière (un peu plus nombreux), sur le vin mais aussi sur l’alimentation du sportif, sur l’aquarelle et même sur le magnifique outil qu’est notre voix ;).

Voici les articles validés. Prenez le temps de lire cette bouffée d’air frais et  découvrir de nouveaux blogs. Vous trouverez ici une mine d’astuces pour débuter! Cliquez sur les titres des articles ou sur les photos, consultez les introductions ci dessous.

Voici le livret qui regroupe la totalité de leurs expériences (vous pouvez le télécharger gratuitement en bas de cet article) !

Par Damien du blog Le Bear Trotter.

” Mais par où commencer ? Comment s’y prendre correctement ?
Ce sont les questions que l’on se pose régulièrement lorsque l’on commence une nouvelle activité. Il y a tellement de choses à découvrir que l’on ne sait même plus par où commencer. En biérologie c’est la même chose.

On m’a demandé plusieurs fois comment faire pour se lancer mais aussi améliorer ses connaissances, alors voici 5 conseils en biérologie pour toutes les personnes souhaitant se former. “

Par Thomas du blog Carnet d’un brasseur amateur.

N’avez-vous jamais essayé de vous lancer dans une nouvelle activité que vous avez finalement abandonnée ? Souvent
aussi vite que vous l’avez démarrée ? Peut-être aviez-vous de très bonnes excuses (c’était mon cas ;-)) : pas le temps, pas l’équipement,
pas d’argent, mauvais temps…

Par Alain du blog APWeb Blog.

Je ne suis pas un brasseur professionnel ou expert et je n’ai pas la prétention de détenir la vérité sur le brassage. Toutes les informations ci-dessous proviennent de mon expérience personnelle ou des lectures que j’ai pu avoir ici ou là. […]

Pour ceux qui auraient peur de se lancer, et au risque de déplaire à certaines personnes, le brassage c’est de la cuisine !

Par Alex du blog Homebrewers.

” Je lance une série d’articles spécialement dédiés aux débutants se lançant dans le brassage de bière maison […].

Ce premier article d’une longue série traite de l’importance du respect des températures lors du processus de brassage. On partira de l’empâtage jusqu’à la refermentation en bouteille. L’idée est de fournir un aperçu rapide sans tomber dans le registre scientifique…”

Par Aurélie du blog Comment brasser sa bière (ha ben c’est nous ça !)

” J’aime la bière artisanale et j’aimerais oser brasser ma première bière à la maison… Je l’apprécie dans mon verre bien sûr, mais aujourd’hui j’aimerais aller plus loin… Mais voilà, j’ai un peu peur de me lancer. Je me pose pas mal de questions…

Pour pouvoir encore mieux connaître la bière, il me faut comprendre les étapes de la fabrication. Et puis je voudrais découvrir si je suis capable, moi aussi de brasser de la bière. […] Bref toutes ces questions que je me pose m’empêchent de me lancer…”

Pour aller plus loin sur la fermentation, tu as la possibilité de consulter notre FAQ fermentation. Qu’attends-tu pour aller y jeter?

Par Arthur du blog Tous sommeliers.

” “Moi j’aime bien le vin, mais j’y connais rien…”           

Il y a une chose qu’il faut toujours garder en tête lorsqu’on souhaite apprendre à déguster et connaitre le vin : personne au monde n’a une connaissance absolue de celui-ci. […]

Avant de commencer, je tiens à saluer votre courage : ce n’est jamais simple de se lancer dans un apprentissage, quel qu’il soit. Heureusement, malgré sa grande complexité, l’étude du vin à un avantage indéniable : la pratique est sacrément plaisante et ça s’améliore encore avec le temps. “

Tu as besoin de te documenter, de lire pour apprendre , comprendre, progresser? Nous te proposons une petite liste de lecture!

Par Elodie du blog Recettes de sportifs.

” Je sais que lorsqu’on débute en endurance ou qu’on commence à s’intéresser à la nutrition, on se retrouve noyé dans des milliers d’informations. Quelle galère pour trouver les bonnes réponses à nos questions.

Alors dans cet article dédié aux débutants en endurance ou aux débutants en nutrition du sportif, vous allez trouver : des bases simples pour choisir les aliments à l’approche du jour J, le top 10 des aliments à consommer avant l’effort. “

Par Katell du blog Peinture Aquarelle Facile.

« Si vous êtes ici c’est que vous avez envie de débuter l’aquarelle. Vous avez sûrement vu de belles peintures aquarelles, lumineuses et colorées que vous aimeriez savoir peindre. Ou bien vous désirez simplement vous mettre à un art créatif et l’aquarelle vous parait être une bonne option. Quoi qu’il en soit, vous avez décidé de sauter le pas, de commencer l’aquarelle.

Mais par où commencer ? Quel matériel choisir pour un débutant à l’aquarelle ? Que peindre en premier ? Comment peindre à l’aquarelle ? Quelles sont les techniques aquarelles à connaitre absolument ? Comment trouver l’inspiration ?… Suivez le guide ! »

« J’ai jusqu’à présent axé les publications de mon blog autour de la voix professionnelle, donc la voix parlée. Mais les bénéfices du chant sont multiples, tant sur le plan du bien être qu’il procure, que sur celui de la bonification de la voix.

J’ai une question pour vous : aimez vous chanter? Et si oui, quand vous êtes seul(e) ou en groupe? Si le fait de chanter vous plaît et/ou vous tente voici donc 3 conseils pour faire de cette expérience, une source de plaisir et d’amélioration de votre voix parlée. »

Par Arthur du blog Les nouveaux leaders.

Finalement, même si j’ai eu des expériences qui m’ont aidé à forger mon leadership […], je n’ai vraiment eu à devenir un chef qu’à mes 19 ans, quand j’ai été promu au poste d’assistant manager dans une chaîne de restauration.

J’avais d’ailleurs été clair sur ce point lors de l’entretien avec mon patron : “Je n’ai pas d’expérience, mais j’ai de la bonne volonté”. […] C’est donc de cette période dont je vais m’inspirer aujourd’hui pour vous éviter les erreurs que j’ai faites et vous aider à définir rapidement VOTRE leadership.

Voici le livret complet de l’ensemble des expériences des 10 blogs qui ont répondu présent à notre évènement inter blogueur :

Futur brasseur, où es-tu?

Avec tous ces partages de bons conseils, tu ne peux plus reculer tu dois te lancer. Les astuces pour débuter une nouvelle activité sont nombreuses. Laquelle vas-tu suivre? Par quoi vas-tu commencer ?

Tu as pris le temps de consulter les autres blogs ? As-tu trouvé des lectures intéressantes ?

Ce format d’articles te plaît-il? Le travail main dans la main avec d’autres blogueurs est, en tout cas, bien sympathique pour moi. Dans l’attente d’avoir d’autres occasions pour recommencer 😉

As-tu pensé à télécharger notre livre numérique pour t’aider à brasser ta première bière tout grain? Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook ou sur Instagram.

A très bientôt!

Publié le 14 commentaires

Oser brasser sa première bière

J’aime la bière artisanale et j’aimerais oser brasser ma première bière à la maison… Je l’apprécie dans mon verre bien sûr, mais aujourd’hui j’aimerais aller plus loin… Mais voilà, j’ai un peu peur de me lancer. Je me pose pas mal de questions…

Pour pouvoir encore mieux connaître la bière, il me faut comprendre les étapes de la fabrication. Et puis je voudrais découvrir si je suis capable, moi aussi de brasser de la bière. Est-il possible de faire des bières aussi bonnes que celles qu’on trouve à la pression dans mon bar craft préféré? Enfin, comprendre et faire ce n’est déjà pas une mince affaire, mais est-ce que ça va me coûter cher, me prendre du temps?

Bref toutes ces questions que je me pose m’empêchent de me lancer… J’ai besoin d’être rassuré !

Cet article participe au carnaval d’article présent sur Comment brasser sa bière : Quelles astuces donneriez-vous à un débutant? Dans quelques jours, un article récapitulatif de l’ensemble des contributions de blogueurs sera publié, restez à l’affût!

Vous allez découvrir les 4 astuces de ‘Comment brasser sa bière’ pour oser brasser sa première bière à la maison!

Les peurs qui empêchent de se lancer dans le brassage

1- Le coût

“J’ai peur de devoir acheter du matériel, qui doit être coûteux qui plus est… Puis, si jamais j’investis dans du matériel mais que le brassage ne me plaît pas? Et enfin, il faut racheter de la matière première pour chaque brassage… Ça doit coûter un bras!”

Osez brasser, vous n’avez pas besoin de beaucoup investir

En réalité, le coût du matériel peut être très limité. Vous n’êtes pas obligé d’acheter une Rolls Royce pour brasser votre première bière à la maison. La plupart des brasseurs ont commencé dans leur cuisine avec leurs propres casseroles. Et ça peut durer comme ça pendant plusieurs mois. La qualité de la bière produite n’en pâtit même pas!

Mettez de côté cette crainte!

Et quand vous aurez pris quelques minutes pour comprendre les grandes étapes de la fabrication d’une bière. Je vous conseille d’aller lire notre article sur le matériel pour brasser à la maison. Il vous guidera dans le choix du matériel dont vous aurez besoin.

materiel brassage biere maison

La bière maison coûte beaucoup moins cher que celle que vous achetez

Vous pouvez également être rassuré!

Je vous présente les coûts de production de ma bière avec ma recette de blonde d’été aux notes d’agrumes. Pour produire 20 litres de bière en considérant que le coût de mon matériel est amorti, j’ai besoin de :

  • Céréale : 100% Malt Pale ale 8 EBC : 5 kg. Un sac de 25kg coûte 32,30€ sur Rolling beers. Mes 5kg me reviendront donc à environ 6,50€.
  • Houblon : J’utilise 8g + 15g + 80g (en dry hopping) soit environ 100g de Sorachi Ace, que nous pouvons trouver en pellets à 13,2.€.
  • Levure : Le sachet de 11g de Safale S-04 de chez Fermentis est en ce moment à 2,90€.
  • Eau : Comme vous l’aviez vu dans notre article sur l’eau, il est commun d’utiliser 5 à 6 litres d’eau pour produire 1 litre de bière. Aujourd’hui le litre d’eau a une valeur en moyenne de 35 centimes. Considérons que les pertes en eau du débutant sont grandes nous pouvons considérer que nous utilisons 3€ en eau.

Nos 20 litres de blonde ont donc un coût d’environ 25,60 euros, soit 1,28 euros du litre.

Comparez-donc ce prix à celui de la bière que vous achetez ailleurs…

Ok, j’ai choisi de ne pas tenir compte de la facture énergétique, ni du temps que vous aurez passé autour de vos fourneaux. On est dans le cadre d’un loisir et je considère que vous faites ça par plaisir avant tout.

Et sachez que plus vous achèterez en grosse quantité, plus les prix seront bas. Pourquoi ne pas envisager des achats groupés avec d’autres brasseurs amateurs autour de chez vous, ou l’achat de matières vendues par un brasseur pro qui a la possibilité d’acheter des gros volumes. Renseignez-vous!

Pour aller plus loin, vous pouvez lire pourquoi la bière artisanale ne coûte pas 1 euro.

2- Le temps que ça peut prendre

“J’ai entendu dire que le brassage d’une bière dure toute une journée! Et puis qu’il faut attendre encore plus d’un mois avant de pouvoir déguster notre production.”

Le brassage d’une bière tout grain dure entre 5 à 7 heures

En effet, le brassage peut se révéler être un loisir qui prend du temps…

Alors là c’est un peu vrai, pour brasser une bière en tout grain, il faut parfois (notamment au début), rester entre 5 à 7 heures derrière ses casseroles.

Mais il faut quand même savoir que vous ne serez pas le tête dans le guidon pendant ces 7 heures! Car même s’il y aura des moments où vous devrez enchaîner les actions, dans la plupart des cas, vous devrez laisser du temps à votre bière. Pendant le brassage, il y a de nombreuses périodes d’attente pour le brasseur, des périodes où il faut par exemple surveiller une température et brasser de temps en temps.

Et pour être honnête, pendant ces temps-là vous pourrez faire autre chose (de la lecture ou de la cuisine?).

Vous pouvez choisir de commencer par brasser en extrait de malt.

Comme vous avez pu le lire dans l’article que Thomas, du blog Carnet d’un Brasseur amateur, a rédigé pour nous, il est possible de brasser avec de l’extrait de malt.

Un brassage complet en extrait de malt ne peut durer que 2h (soit 3 à 5h de moins qu’un brassage en tout grain!). Cette différence est due au fait que l’empâtage avec les céréales a déjà été réalisé, ainsi que la filtration et le rinçage des drêches. Le gain de temps est énorme! Même si la qualité est souvent un peu moins bonne, la diversité des recettes moins funky, cette technique vous permet de débuter sereinement!

L’excuse du temps pour ne pas oser brasser votre première bière chez vous n’est plus valide!

Dans tous les cas, la fermentation durera 4 à 8 semaines

Vous devrez en effet attendre parfois jusqu’à un mois et demi à 2 mois avant de pouvoir déguster votre bière. C’est le temps nécessaire à la transformation des sucres fermentescibles en alcool et en gaz carbonique. Pendant la période de maturation qui suit, des composés apportant des saveurs non voulues dans la bières sont également éliminés. De plus, les éléments en suspension dans la bière ont besoin de temps pour sédimenter. Vous savez cette petite couche au font des bouteilles artisanales.

Alors voilà, cette période est incompressible. Elle est nécessaire pour l’obtention d’une bière finie. Vous pouvez goûter une bière qui n’a pas terminé sa maturation. Et la re- goûter quelques semaines après, pour vous rendre compte à quel point elle s’est amélioré.

Si ce temps est nécessaire pour que vous soyez l’auteur des bières qui vous proposerez à votre prochain apéro… N’êtes-vous pas prêt à faire ce sacrifice?

Pour aller plus loin sur la fermentation, tu as la possibilité de consulter notre FAQ fermentation. Qu’attends-tu pour aller y jeter?

3- La complexité de la fabrication de la bière

“Ce sont les industriels qui fabriquent la bière, ce n’est pas possible de la faire à la maison!!”

Vous ne fabriquerez pas une bière industrielle

Il y a deux grandes familles de procédés de fabrication de la bière. En effet, les bières de fermentation basse nécessitent des installations coûteuses. Vous n’aurez donc pas accès à ce type de bières.

Cependant, de nombreux brasseurs amateurs ont la possibilité de fabriquer chez eux des bières, dites de fermentation haute. Ce sont les ales, dont les températures de fermentation sont comprises entre 15 et 25°C. Vous aurez donc les plages de température adéquates dans votre logement.

La fabrication de ces bières n’est pas si complexe qu’elle n’y parait. En effet, seuls quatre ingrédients sont nécessaires : les céréales, les houblons, la levure et l’eau. Les céréales, en général, l’orge sont maltés dans une… malterie. Ça ne sera pas à vous de réaliser cette étape.

Pour comprendre la fabrication de la bière à la maison :

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Une recette de cuisine

Pour faire simple, vous devrez :

  • Sélectionner les matières premières (orge, houblon, levure),
  • Concasser les céréales avec un moulin (ou acheter des céréales déjà concassées),
  • Faire infuser ces céréales dans de l’eau chaude en contrôlant les températures,
  • Retirer les céréales pour ne conserver que le jus sucré,
  • Faire bouillir ce moût en y ajoutant du houblon,
  • Refroidir le tout,
  • Ensemencer avec la levure,
  • Laisser la fermentation se produire,
  • Embouteiller et capsuler les bouteilles,
  • Sans oublier le nettoyage et la stérilisation d’une partie du matériel!

Ni plus ni moins qu’une recette de cuisine ou une expérimentation de laboratoire pour les plus scientifiques. Vous allez vous amuser!

Pour en savoir plus sur le procédé de fabrication de la bière, je vous invite à aller lire Par où commencer le brassage!

4- Les compétences nécessaires

“Nan mais la fabrication de la bière, on ne peut pas se lancer comme ça! Il faut sûrement avoir suivi une bonne formation pour oser brasser sa première bière chez soi! Je suis incapable de brasser ma propre bière, je n’ai pas les compétences.”

Vous avez peur de ne pas réussir, peut-être même de ne pas savoir où trouver de l’info et de vous sentir seul… Mais je vous promets que vous en êtes capables!

Pour cela, il vous suffit de savoir ou d’apprendre à être :

  • vigilant et observateur pour suivre le processus de fabrication,
  • rigoureux et méticuleux : les bons réglages pour les températures le respect des durées, un nettoyage scupuleux, un respect des règles de sécurité ;),
  • méthodique pour ne pas vous mélanger les pinceaux,
  • réactif si un paramètre dérive, une fuite se déclare, un matériel se révèle défaillant, vous devrez réagir vite et bien,
  • autonome, mais ça vous l’avez déjà compris. A partir du moment où vous aurez saisi le process, ça sera à vous de prendre les décisions en fonction des aléas de votre brassin,
  • un peu bricoleur, il faut aimer faire des choses de ses propres mains,
  • expérimentateur, ne pas avoir peur d’essayer, tester.

Alors? Ça vous ressemble?

Tu as besoin de te documenter, de lire pour apprendre , comprendre, progresser? Nous te proposons une petite liste de lecture!


Les astuces de ‘Comment brasser sa bière’ pour oser brasser

Vous voilà rassuré! Maintenant rentrons dans le vif du sujet par quoi on commence?

1- La lecture

Je ne peux que vous conseiller de commencer par vous documenter sur le brassage. Un débutant avisé en vaut 10!

Les livres

Pour la lecture, moi je préfère le format livre, notamment pour débuter car vous trouverez toutes les informations de base. Nous avons recenser quelques lectures sur notre pages ‘Nos Lectures’. Pour oser brasser sa première bière, il ne faut pas commencer par les bibles du brassage vous allez être effrayé et démoralisé!

Commencez donc par :

Faire sa bière maison – Trucs et astuces de brasseurs – Greg Hughes – Editions Marabout, 2018

Secrets de Brasseur – Réussir sa bière maison – Matthieu Goemaere – Linda Louis – Thomas Mousseau – Editions La Plage, Paris, 2016 

Ces deux livres ont le mérite d’être en français et d’être complet pour débuter. Ils proposent même quelques recettes pour oser brasser sa première bière! Pour aller plus loin sur les livres, je vous conseille notre page ‘Nos lectures’ pour trouver d’autres références. La liste des livres sur le brassage s’agrandit de jours en jours, n’hésitez pas à consulter ce que vous trouvez autour de chez vous et nous en parler. Nous ne connaissons peut-être pas encore ce livre!

Les blogs

Ensuite pour trouver une communauté de lecture, vous pouvez bien sur venir voyager sur les articles de notre blog, Comment brasser sa bière 😉 Vous y trouverez de la lecture bien sûr, mais un peu plus aussi. En effet, nous partageons des podcasts de brasseurs qui nous parlent de leurs débuts. Et puis nous répondons aux questions de nos lecteurs en direct et en profitons souvent pour convertir ceci en article pour le bien de la communauté! Contactez-nous sur les réseaux sociaux ou sur notre blog, nous nous faisons un plaisir de parler avec vous!

Vous trouverez également dans la barre latérale de notre blog, une colonne qui liste les autres blogs que nous jugeons intéressants. N’hésitez pas à aller y faire un tour!

Le forum Brassage Amateur

Le forum Brassage amateur est une mine d’informations. Les topics sont souvent de qualité et de nombreux experts sont présents pour répondre rapidement à vos questions. Avant d’avoir des questions, pourquoi ne pas parcourir le contenu? Vous pourrez lire les réponses qui ont été apportées à des questions que des débutants se sont posées!

Le forum est également présent sur Facebook pour y trouverez un groupe vivant et réactif, une grosse communauté de presque 6000 personnes, oui, oui!

2- Un atelier de brassage

Une fois la phase de lecture débutée, vous allez commencer à y voir plus clair. Je vous conseille ensuite de commencer à vous faire la main. Pour moi, la seconde étape est l’atelier ou le stage de brassage. Pour moi c’est une étape obligatoire, très formatrice, et tellement utile. Ne faites pas l’impasse sur l’atelier de brassage!

Que fait-on pendant un atelier de brassage?

Vous allez trouver :

  • un connaisseur passionné qui pourra répondre à vos questions et vous donner des conseils,
  • du matériel adapté et complet,
  • une méthode de travail,
  • souvent une recette,
  • et quelques heures de rigolade!

Les ateliers de brassage ont le vent en poupe. De plus en plus nombreux, ils ne proposent pas tous la même chose (ni les mêmes prix)… Je vous conseille un atelier de minimum 4h (en moins de 4h, vous ne brasserez sûrement pas en tout grain mais plutôt en extrait de malt). Et ça serait dommage de ne pas voir l’intégralité des étapes d’un brassage.

Dans la plupart des cas, vous devrez revenir 15 jours après votre atelier pour procéder à l’embouteillage.

Comment trouver l’atelier de brassage près de chez vous?

Nous vous avons préparé un listing des ateliers de brassage que nous avons trouvé sur internet pour la France, la Belgique et la Suisse.

Je veux mon listing des ateliers de brassage!

Pour l’obtenir, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter de ‘Comment Brasser sa bière’, vous obtiendrez les liens de téléchargement de notre livre, fiche de brassage et listing des ateliers. En bonus, vous serez notifié par e-mail de la publication des nouveaux articles!

Si vous êtes déjà inscrit, vous recevrez rapidement notre prochaine newsletter avec le lien de téléchargement ;).

3- Faire le point sur le matériel et les matières premières

Ça y est vous êtes un fin connaisseur grâce à vos lectures. Vous avez eu l’occasion de manipuler et de poser vos questions dans votre atelier de brassage. Allez-vous oser brasser votre propre bière à la maison?

Le matériel

Ha encore une étape, il vous faut faire un point sur le matériel nécessaire et voir ce que vous avez déjà à la maison. Je vous conseille d’aller lire notre article sur le matériel pour brasser à la maison. Il vous guidera dans le choix du matériel.

Toutefois, sachez que le matériel de base est se compose de :

  • huile de coude et nettoyant,
  • balance,
  • deux grandes marmites,
  • passoire ou sac de brassage pour la technique du BIAB (brew in a bag),
  • thermomètre,
  • une pièce avec une température stable!

A cela vous devrez ajouter un système de refroidissement (parfois un évier avec de la glace font l’affaire), un fermenteur (un seau équipé d’un barboteur) et du matériel pour embouteiller votre bière. Vous pourrez trouver le tout pour moins d’une centaine d’euros sur les sites spécialisés.

Les kits de brassage

Je souhaite attirer votre attention sur les kits tout prêts. Méfiez-vous, ils ne sont pas tous de qualité identique. Certains n’intègrent pas les matières premières, d’autres ne proposent pas l’intégralité de l’équipement. Certains produits sont dotés d’un guide complet et pour d’autres, il est sur un petit papier plié au fond et en anglais, voire totalement absent. Enfin, des kits permettent de produire des brassins de 3 à 5 litres, et d’autres montent jusqu’à 20 litres…

Bref, vous l’aurez compris, vous trouverez tous les prix, difficile de savoir par où commencer! Vous pouvez lire nos articles suivants sur le sujet :

La recette et les matières premières

Si vous optez pour le self made, il vous faut une recette et des matières premières.

Débutez par des recettes simples comme les recettes SMASH (un seul malt et un seul houblon). Elles ont le mérite de comporter moins d’ingrédients, moins de risque de se mélanger les pinceaux. Et puis si la bière n’est pas parfaite, voire ratée, vous aurez moins perdu de matières premières. Vous pourrez trouver une recette SMASH dans notre livre gratuit. Il est accompagné de 35 astuces pour vous éviter des sueurs froides!

Une fois la recette choisie, vous pourrez trouver vos ingrédients sur les sites internet spécialisés ou dans des magasins dédiés pour les plus chanceux. Certains brasseurs mettent également à disposition une partie de leur stock pour des prix qui défient toute concurrence!

4- Essayer par soi-même

Voilà, les étapes préliminaires ont été menées avec brio? Maintenant il ne vous reste qu’à tester, expérimenter, toucher les réglages, changer les paramètres. Ne vous mettez pas la pression, si vous avez peur des ratés du début, considérez les premiers essais comme des formations!

Et pour une première, tu as aussi la possibilité de commencer par un kit de brassage de bière.

Pour t’aider à choisir ta méthode d’empâtage et filtration pour brasser à la maison, nous t’avons préparé une comparaison en vidéos de 3 techniques possibles. Nous présentons également le matériel nécessaire au concassage des céréales.

Futur brasseur, où en es-tu?

Cet article participe à un évènement inter-bloggueur : Quelles astuces donneriez-vous à un débutant? D’ici quelques jours, un article récapitulatif de l’ensemble des contributions sera publié. Vous pourrez lire les écrits sur le sujet d’une dizaine de blogueurs!

Les peurs du débutants concernent principalement le coût, le temps que le brassage peut prendre, la complexité du processus du fabrication et les aptitudes nécessaires. Mais nous avons vu ici que ces peurs sont infondées ou surmontables!

Nos conseils : la lecture, la pratique à travers un atelier de brassage puis de l’expérimentation en solo. Osez brasser votre première bière!

Nous avons besoin de vous pour compléter et mettre à jour notre listing d’ateliers de brassage. Il nous manque certainement un tas d’adresse, n’hésitez pas à nous le faire remarquer. Vous avez testé certains ateliers? Faites-nous un retour! Qu’avez-vous bien aimé, qu’avez-vous trouvé dommage? Ensemble proposons une liste complète et à jour!

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook ou sur Instagram, et à partager!

Publié le 10 commentaires

Peur de te lancer? Commence ici

Le brassage de la bière est le procédé qui permet, à partir de quatre ingrédients principaux (l’eau, le malt d’orge, le houblon et la levure), de fabriquer de la bière.

Cette boisson est obtenue après macération à chaud de céréales maltées (en général de l’orge). Des houblons sont ajoutés pendant la phase d’ébullition. La levure prend ensuite le relai pour assurer la fermentation en consommant les sucres fermentescibles pour produire alcool et gaz carbonique.

Le brassage de la bière n’est pas aussi complexe qu’il n’en a l’air. Après avoir compris les grandes étapes de la fabrication, vous verrez que le brassage amateur ou brassage à la maison (homebrewing) est accessible à chaque passionné.

Un blog pour vous aider

Les supports d’information sur le brassage sont nombreux : Les documentaires, les livres, les sites internet, les blogs, les chaînes YouTube, les podcasts. Il peut être difficile de savoir par où commencer. En passant de :

  • jargons techniques (Comment faites-vous votre “cold crash”?, avez-vous pensé au “dry hopping”?),
  • aux supports en anglais (La bible How to Brew de John Palmer, est un mauvais exemple, car nous pouvons la trouver en français maintenant),
  • sans oublier la multitude d’abréviations (IBU, EBC, IPA…),
  • les réactions chimiques qui peuvent paraître barbares aux non initiés (on parle de saccharification??),
  • le matériel spécifique (chaudière à moût, cuve matière, échangeur à plaques…),
  • les instruments de mesure (pH-mètre, réfractomètre et même densimètre…),
  • etc., etc…

Mais bonne nouvelle, cette jungle n’est pas inexplorable, et ce blog est là pour vous aider! Nous avons créé ce blog Comment brasser sa bière en novembre 2018. Vous pourrez en savoir un peu plus sur la page “A propos”.

Nous avons, d’ores et déjà, mis à votre disposition un Glossaire assez complet et une liste des Abréviations les plus communes, qui permettent de mieux comprendre le jargon et le monde du brassage amateur. Au fur et à mesure de nos découvertes, nous alimenterons également la page Nos lectures, où nous partagerons les bonnes surprises.

Vous trouverez des articles, des podcasts et des vidéos. Nous répondrons aux questions des lecteurs, préparerons des recettes simples, rencontrerons des brasseurs etc., etc! On ne va pas tout vous dévoiler tout de suite. Et puis surtout, nous discuterons de tout ça ensemble. Et si nous rentrions dans le vif du sujet? Qu’en pensez-vous? Vous embarquez dans l’aventure?

Tu as besoin de te documenter, de lire pour apprendre , comprendre, progresser? Nous te proposons une petite liste de lecture!

La fabrication de la bière : le brassage

Les ingrédients nécessaires au brassage de la bière

La bière c’est d’abord une potion magique savamment préparée en mélangeant quelques ingrédients :

  • Les céréales : Le brasseur a retenu principalement l’orge. De préférence maltée, celle-ci n’est cependant par la seule céréale qui peut être brassée. Ces céréales apportent à la levure les sucres et autres molécules dont elle a besoin pour réaliser la fermentation. Elles confèrent à la bière des saveurs typiques et participent à la coloration de la bière (Pour en savoir plus Point d’orge et Le malt du siècle);
  • L’eau : La bière contient 90 à 95% d’eau, ce qui en fait son ingrédient principal. Sa qualité est donc primordiale, il convient de s’y intéresser quelques minutes (Pour en savoir plus De l’eau à la bouche);
  • Les houblons : Les houblons sont les épices de la bière. Ils apporteront l’amertume mais pas seulement. Le brasseur a la possibilité d’utiliser des houblons aromatiques, amérisants ou mixtes. Ces houblons sont mis en infusion à chaud ou à froid. Le champ des possibles est immense. (Pour en savoir plus Tout savoir sur le houblon; Comment choisir, utiliser et conserver ton houblon);
  • La levure : Longtemps méconnue, la levure n’en est pas moins la véritable créatrice de la bière. Saccharomyces de son petit nom, il s’agit d’un champignon microscopique responsable de la fermentation. Aujourd’hui, elle retrouve sa place prépondérante. Le brasseur la choisit avec minutie en fonction du style de bière et des saveurs recherchées (Pour en savoir plus Mes amies les levures).

Les grandes étapes du brassage de la bière

La fabrication de la bière comporte trois grandes étapes : le maltage, le brassage et la fermentation.

Le maltage des céréales

La plupart du temps, le brasseur ne s’occupe pas du maltage, les malteurs font ça très bien pour lui. Il s’agit de la germination contrôlée d’une céréale, afin de rendre accessible les sucres et développer un complexe enzymatique très utile aux étapes suivantes de la fabrication de la bière.

La montée en température qui termine processus va colorer plus ou moins intensément les grains de céréales.

(Pour en savoir un peu plus, n’hésitez pas à consulter l’article concernant l’orge et le malt d’orge).

Le brassage de la bière

Le brassage consiste à amener un mélange d’eau et de malts de céréales concassés à une température adéquate et pendant une durée limitée. Des réactions biochimiques complexes vont permettre la libération entre autres, des sucres fermentescibles, pendant cette phase d’empâtage. Le mélange d’eau et de céréales (la maische) est filtré. Et le jus sucré qui est soutiré est appelé le moût, les céréales épuisés en sucres (les drêches) sont éliminés.

Pour en savoir plus sur les méthodes d’empâtage disponibles pour les brasseurs à la maison, consulte notre article : 3 méthodes d’empâtage/filtration.

Contrairement à la recette traditionnelle, dite “tout grain”, le brasseur amateur a aujourd’hui la possibilité d’utiliser de l’extrait de malt pour son brassage. L’étape de l’empâtage est ainsi déjà réalisée, le brasseur peut se consacrer aux étapes suivantes.

Une ébullition est ensuite provoquée pour stériliser le moût et permettre l’infusion des houblons. Le houblon est une plante qui aromatise et donne de l’amertume à la bière (Pour en savoir un peu plus sur le houblon, vous pouvez consulter l‘article général sur le houblon, et l’article pour t’aider à choisir, utiliser et conserver ton houblon).

Le moût est ensuite refroidi, il est désormais primordial de respecter l’hygiène du protocole pour éviter les contaminations.

La fermentation

La fermentation est obtenue grâce à l’ensemencement du moût par des levures spécifiques. En fonction de la souche de levure utilisée, les températures de fermentation vont différer (fermentation haute ou fermentation basse). Pour cet ensemencement, le brasseur doit respecter un certain nombre de paramètres pour assurer la bonne multiplication de la levure (température du moût, viabilité de la levure, population de départ).

Les levures vont consommer l’oxygène puis les sucres fermentescibles pour produire de l’alcool et du gaz carbonique (les bubulles!). On parle de carbonatation. Une première fermentation est conduite dans la cuve de fermentation, puis une adjonction de sucre, permet de lancer la seconde fermentation qui se déroulera en bouteilles.

Fermentation de la bière
Fermentation de la bière

La bière est mise en bouteille (embouteillage). Après quelques semaines de maturation, la bière est prête à être consommée.

(Pour en savoir plus vous pouvez consulter notre article sur les levures et la fermentation).

Le brassage à la maison

Une fois que vous avez ces grandes étapes en tête, il vous sera facile de transposer ceci chez vous. Vous aurez besoin de matières premières, de matériel, de recettes et de méthodes de travail!

Voici quelques minutes d’animation pour vous expliquer ça en détail :

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Vous avez la possibilité de télécharger gratuitement notre livre “Comment brasser ta première bière tout grain”, vous y trouverez une recette commentée ainsi que 35 astuces pour comprendre, gagner du temps, éviter des erreurs etc.

Voici un diagramme simplifié de la fabrication de bière à la maison

Pour éviter de faire les erreurs que la plupart des brasseurs débutants risque de faire, consulte notre article : Ces 20 erreurs que tu ne feras pas.

Les matières premières

Vous pouvez vous procurer ces ingrédients sur des sites internet spécialisés. Je ne les cite pas volontairement. Je ne les ai pas tous testé et ils sont nombreux. Des petits nouveaux peuvent voir le jour régulièrement.

Regardez également autour de chez vous, certains brasseurs professionnels proposent des prix cassés sur leurs stocks. Et dans ce cas, vous aurez peut-être même la possibilité de vous procurer du malt déjà concassé!

Le matériel

Pour débuter le brassage de bière à la maison, vous avez la possibilité d’acheter un kit de matériel préconçu. De nombreux fournisseurs en proposent!

Toutefois, sachez que le matériel de base est déjà dans votre cuisine :

  • huile de coude et nettoyant,
  • balance,
  • deux grandes marmites,
  • passoire,
  • thermomètre,
  • une pièce avec une température stable!

A cela vous devrez ajouter un système de refroidissement (parfois un évier avec de la glace font l’affaire), un fermenteur (un seau équipé d’un barboteur) et du matériel pour embouteiller votre bière. Vous pourrez trouver le tout pour moins d’une centaine d’euros sur les sites spécialisés. Pour retrouver nos conseils sur le matériel indispensable au brassage de bière à la maison : Comment choisir son matériel pour brasser à la maison.

Les recettes

Vous trouverez dans notre livre téléchargeable, une recette SMASH (Simple Malt et Simple Houblon). Les recettes SMASH sont idéales pour débuter, elle ne comporte qu’un seul type de malt et qu’un seul houblon. L’empâtage est souvent proposé en monopalier (un seule palier de température), pour faciliter la tâche du brasseur amateur.

Vous trouverez également sur Comment Brasser Sa Bière, une catégorie d’articles intitulée “Nos brassins”, qui retrace nos essais de recettes.

Pour les premières recettes, n’hésitez pas à faire un tour du côté des livres. Certains livres sont très pédagogiques et donnent quelques bonnes premières pistes de travail.

Sachez également que certains bons sites internet proposent des recettes! La toile est votre amie.

Cependant, vous aurez vite la créativité pour développer votre propres recettes. En fonction de vos envies, de la saison ou tout simplement de vos stocks, soyez visionnaires!

Les méthodes de travail et conseils pour débuter

Nous sommes à votre écoute! Ce blog vous apportera des ressources éducatives et du conseil et de l’accompagnement. A utiliser sans modération! Nous n’avons pas encore réponse à tout, mais nous avons une bonne bibliothèque, un bon réseau d’experts, une bonne connexion internet et une affinité particulière pour la recherche dans tout ça!

De plus, je ne voulais pas finir cet article, sans vous parler du forum (et du groupe Facebook associé) Brassage amateur! Quelques heures de lecture, vous donneront de très bons conseils! N’hésitez pas à y poser vos questions, les retours sont rapides et souvent de qualité.

Je n’oublie pas de citer les mastodontes sur le net que sont Univers Bière, Happy beer Time ou la brasserie du Vallon.

Il existe aussi les kits de brassage de bière. C’est une première méthode tout en un pour brasser sa première bière à la maison. Il existe une large gamme de kits. Pour t’aider à choisir ton premier kit, c’est pas ici.

Et puis il existe une multitude d’ateliers de brassage, pendant lequel, en quelques heures vous brasserez votre bière avec des conseils de pro! Vous pouvez obtenir le listing des ateliers de brassage en francophonie en téléchargeant notre e-book gratuit.

Si malgré tout ceci, tu hésites encore à te lancer voici les conseils pour oser brasser sa première bière à la maison.

Pour aller plus loin

Afin de vous présenter de manière ludique le brassage de la bière, rien de tel qu’un “C’est pas sorcier”, merci Jamie, et bon visionnage!

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

C’est pas sorcier- La bière

Petit brasseur, où en es-tu?

Si tu t’intéresses à ce blog, tu es sûrement débutant dans le brassage de la bière à la maison. Tu as eu l’occasion de brasser? Lors d’un atelier, grâce à l’achat d’un kit? Ou tu souhaites tout simplement te lancer et tu veux savoir par où commencer?

Pas à pas, nous allons en apprendre un peu plus sur le brassage de la bière au gré de ces articles et autres contenus.

Peux-tu un peu m’éclairer sur tes attentes? As-tu des questions particulières? Ce blog est un lieu d’échange, n’hésite pas à nous faire part de tes commentaires! Et si le blog te plaît, partage tout ça.

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Comment brasser sa bière sur Facebook, sur Instagram ou sur YouTube et à partager! A très vite.

Photographes : Amanda Klamrowski; Artem Bali